Aller au contenu principal

Caprins
Une nouvelle méthode pour optimiser le pic de lactation

Mercredi 9 novembre à Grez-Neuville, l’équipe nutrition de la coopérative Terrena a présenté devant des éleveurs caprins sa nouvelle méthode visant à « augmenter sereinement le pic de lactation et améliorer la rentabilité de l’atelier caprin ».

L'équipe nutrition caprine de Terrena propose à tous ses adhérents un nouveau programme nutritionnel associé à un protocole de pilotage du troupeau.
© AA

3.200 : c’est le nom de code du nouveau programme que Terrena est en train de déployer auprès de tous ses adhérents en nutrition caprine. Pourquoi 3.200 ? « C’est un moyen mémo-technique pour signifier que l’on doit chercher à avoir une note d’état des chèvres de 3 au moment du 200ème jour de lactation », explicite Matthieu Rolland, nutritionniste chez VisionLait, société qui travaille avec Terrena pour l’élaboration de ce programme.
La nouvelle méthode de Terrena se base sur ce constat : « la période de mise-bas est stressante pour les éleveurs. Il faut assurer le renouvellement du troupeau, favoriser l’expression du pic de lactation des chèvres et réduire les troubles de santé qui font perdre du temps et de l’argent aux éleveurs ».


Anticiper le démarrage de lactation à 200 jours
Pour cela, le démarrage en lactation « doit être anticipé dès 200 jours de lactation, car la réussite de cette période conditionne le résultat technico-économique annuel de l’atelier ».  L’équipe nutrition caprine de Terrena propose à tous ses adhérents ce nouveau programme nutritionnel associé à un protocole de pilotage du troupeau. « La marge sur coût alimentaire/chèvre est notre critère principal », souligne Pierre Gautier, nutritionniste caprins et en charge de la mise en place du programme. « Nous allons le déployer dans chaque élevage en fonction de ses priorités techniques ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois