Aller au contenu principal

Une première au Sia pour l'élevage des Petits Arcis

L'élevage des Petits Arcis, à  Beaupréau-en-Mauges (commune de La Poitevinière), participe pour la première fois au Concours général du Salon international de l'agriculture, à Paris. Il y défendra la race brune.

"En 1994, mon père était allé à une vente aux enchères à Châtillon, en Côte-d'Or, où il avait acheté sa toute première vache brune. Aujourd'hui, 30 ans après, je vais présenter une brune pour la première fois à Paris, c'est une belle reconnaissance pour l'élevage !", raconte Flavien Martineau, en s'approchant du box où est placée Sandale avant son départ pour le salon de l'agriculture, dans une semaine. L'élevage est un habitué du festival de l'élevage de Chemillé, il a déjà participé au Space, à la Foire de Béré, et même au Mondial de la brune à Mende, en 2016. Mais il n'avait jamais concouru à Paris, et cette participation est un peu une surprise. "Je n'avais pas vraiment envisagé cela, mais le technicien de Brune génétique service est passé il y a un mois, il a effectué le pointage et il m'a dit qu'elle pouvait prétendre à une participation !", explique l'éleveur. Sandale, vache en première lactation, concourra donc lundi 26 février, au sein du concours Miss BGS. Il regroupe 16 vaches (dont 4 du Grand Ouest), toutes en première lactation.

Comme le veut le concours, Sandale est issue du schéma de sélection brune français. C'est une fille du taureau Origan, né au Gaec du Bois Brillant (Saint-Sigismond). Quant à son grand-père maternel, Layon, il est issu de l'EARL Godineau-Boutin (Chemillé-en-Anjou). Un pedigree 100 % angevin donc pour cette concurrente. Sandale n'est pas un gros gabarit, mais sa morphologie équilibrée, la qualité de sa mamelle et son caractère calme en font une candidate qui a toutes ses chances au concours : "je suis plutôt confiant !", sourit Flavien Martineau. En attendant le jour J, la vache est isolée dans le box infirmerie, "pour être sûre qu'elle soit bien propre, qu'elle ne s'abîme pas, explique son propriétaire. Nous la sortons tous les jours et nous l'amenons deux fois par jour au robot. C'est la Parisienne !".

Rusticité et taux 

Avec ses 90 vaches laitières en lactation, ses 2 robots de traite, l'élevage des Petits Arcis est une exploitation 100 % brunes, depuis une dizaine d'années. La conversion du troupeau, au départ en prim'holstein, s'est faite progressivement. "Mon père voulait une brune pour l'essayer, il recherchait la rusticité et les taux. 30 ans après, ce sont toujours ces mêmes raisons qui nous font apprécier la brune aujourd'hui", confie Flavien Martineau, installé depuis 15 ans. Au début, son père a acheté des lots de vaches d'Allemagne et d'Aveyron, puis le développement du troupeau s'est fait, dans les derniers temps, par croît interne. Le niveau de production s'établit actuellement à 8 500 litres de lait, avec des taux moyens de 46 de TB et 37 de TP. Les Petits Arcis participent à présent au schéma de sélection de la brune. Leur mère à taureaux Rigolote, en photo sur le mur de la ferme, a un fils, Tiramisu, actuellement en station de sélection chez Innoval. Il sera proposé au prochain catalogue BGS ce printemps. "Avoir un taureau en catalogue, c'est aussi une première pour l'élevage", se réjouit Flavien Martineau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Daniel Rochard (JRC Solaire) et Christophe Cesbron (Serres JRC). A droite : les nouveaux haubans photovoltaïques.
Plus d'autonomie énergétique avec les haubans photovoltaïques
JRC Solaire conçoit des haubans photovoltaïques visant à accroître l'autonomie énergétique des exploitations maraîchères et…
Guillaume Aubert élève un troupeau de 65 vaches montbéliardes. Il est associé avec ses parents et son frère au sein du Gaec des Alezanes.
Autonome pour l'insémination de son troupeau laitier

Éleveur au Louroux-Béconnais, Guillaume Aubert a suivi une formation à l'insémination avec Innoval. Depuis, il a vu les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois