Aller au contenu principal

Une production de melons rondement menée

A Cizay-la-Madeleine, les melons du Prieuré de la Dive font partie du paysage local. Chaque année, l’exploitation maraîchère en produit 3 000 tonnes en moyenne.

La récolte du melon à Cizay la Madeleine a débuté cette semaine.
La récolte du melon à Cizay la Madeleine a débuté cette semaine.
© AA

Au Prieuré de la Dive, les premiers melons ont été récoltés cette semaine. « On avait pris de l’avance fin mai. Mais on l’a perdue avec la météo de début juin », explique Julien Godet, le gérant de l’entreprise de Cizay-la-Madeleine. Sur ses 120 hectares, plus de 100 sont consacrés à la production de melons. Tout s’annonçait pour le mieux jusqu’à ce que la pluie s’invite il y a 15 jours. « Certains fruits sont tâchés à cause de la bactériose. Mais la qualité gustative est bonne. »

Jusqu’à 100 saisonniers
L’exploitation compte 3 salariés permanents. En ce moment, une cinquantaine de saisonniers sont embauchés. Au moment le plus fort de la récolte - de mi-juillet à début septembre - ils peuvent être une centaine. « 15 à 20 tonnes de melons sont alors ramassées par jour », précise l’agriculteur.
Au Prieuré de la Dive, les melons sont plantés de fin mars à fin juin. Pour une récolte de mi-juin à octobre. D’abord, semés sous serre, début mars, ils sont plantés en plein champ, au bout de 2-3 semaines. « En début de saison, un tunnel les protège ». La production de la cucurbitacée demande beaucoup de surveillance. « Le melon est sensible aux maladies fongiques. » Corbeaux, pucerons... « Il faut sans cesse surveiller s’il n’y a pas d’attaques de ravageurs. » Une partie de sa production est conduite en agriculture biologique. « Cela demande encore plus de travail dans la préparation du terrain. Et on ne compte pas le temps passé, ni le gasoil... »
Autre particularité de cette production : la rotation longue. Résultat, le Prieuré loue toutes ses terres auprès d’autres agriculteurs. « C’est une culture qui s’insère bien dans une rotation. C’est un bon précédent pour un blé. »

Maîtrise de la commercialisation
Une fois cueillis, les melons sont calibrés, conditionnés et expédiés de l’exploitation. « Les melons partent tous les jours. Au plus fort de la récolte, 70 à 80 tonnes sont expédiées. »
Ancien commercial en fruits et légumes, Julien Godet commercialise lui-même sa production et même celle d’un autre producteur de la Vienne. « En été, ça m’occupe à plein temps ». En conventionnel ou en bio, sous la marque Prieuré de la Dive, IGP Melon du Haut Poitou ou Le Divin,
3 000 tonnes de melons sont vendues de juillet à octobre. Les principaux débouchés ? La grande distribution et les centrales d’achats dans toute la France. « En conventionnel, on ne peut pas vendre en dessous de 1 € le kilo. En bio, le seuil de vente à perte est de 1,50 €/kg. »
Pendant toute la récolte, le Prieuré de la Dive ouvre un magasin de vente directe. Il propose ses melons bien sûr, du vin et des fruits et légumes que l’exploitation produit sur place. « Cela représente à peine 5 % de nos ventes », souligne Julien Godet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités