Aller au contenu principal

Distillation
Une station de méthanisation inaugurée à Thouarcé

Le méthaniseur, une alternative à l’épandage des vinasses.

Le méthaniseur permet de dépolluer les vinasses et de produire du biogaz pour la chaudière de l’usine de distillation.
Le méthaniseur permet de dépolluer les vinasses et de produire du biogaz pour la chaudière de l’usine de distillation.
© AA
Un volumineux digesteur blanc de 3 000 m3 et ses deux cuves de stockages attenantes sont venus s’ajouter aux équipements de la distillerie de Thouarcé. À partir de cette campagne viticole, les vinasses issues de la distillation des sous-produits viticoles seront traitées par une station  de méthanisation, qui était inaugurée ce mercredi. Cette nouvelle installation représente pour le groupe des Coopératives de Thouarcé un investissement de 2,7 millions d’euros, financé à hauteur de 30 % par l’Agence de l’eau. La distillerie de Thouarcé recycle et valorise environ 26 000 tonnes de marc et 30 000 hectolitres de lies apportés chaque année par ses 1 000 adhérents. L’effluent ultime ou vinasse, riche en matières organiques et minérales, était jusqu’ici épandu sur des cultures alentours, mais cette option du tout épandage a trouvé ses limites : une logistique lourde (circulation de camions…), une mauvaise image liée aux odeurs ou à des incidents de fuite dans le milieu, la difficulté de trouver des stockages intermédiaires, la nécessité de disposer de surfaces...
La dépollution des vinasses par la méthanisation permet d’éviter ces inconvénients. Entre 200 et 300 m3 de vinasse sont produites par jour sur le site, pendant les huit mois de la campagne. Une fois récupérées, les vinasses passent par différentes étapes de traitement. Le biogaz alimente la chaudière à brûleur mixte (biogaz-fuel) qui produit la vapeur nécessaire à la distillation. « Il n’y aucun biogaz stocké », a précisé François Morier, directeur général délégué de la société Propersol. Les économies de fuel pour la distillerie sont estimées à 300 tonnes par an. Après méthanisation, le produit résiduel est stocké dans une lagune et subit des tests réalisés dans un laboratoire installé sur le site, avant son retour dans le milieu naturel, sous forme d’irrigation ou de rejet dans le cours d’eau.
S.H.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités