Aller au contenu principal

Viticulture
Une vendange de meilleure qualité

A Concourson-sur-Layon, la vendange a débuté la semaine dernière au Domaine de Pinoreau. Sur les 46 hectares de vigne, 37 sont récoltés avec la nouvelle machine à vendanger Grapeliner Ero.  

C’est la 2e année que Loïc Baranger récolte le raisin avec sa nouvelle machine à vendanger. Ce qu’il apprécie ? « La qualité et la précision de la vendange », souligne le vigneron à Courcouson-sur-Layon. Sur les 46 ha de vigne, seulement 9 ha sont vendangés à la main. « Ce sont les vignes pour le Crémant de Loire. La vendange manuelle est une exigence du cahier des charges de l’appellation », précise Loïc Baranger.
Pour le reste, c’est la machine à vendanger Grapeliner qui s’en charge. « On a gagné du temps par rapport à notre ancienne machine. » Le conducteur récolte à une vitesse qui se situe entre 4 et 5 km/h. « En 1 h 30, on récolte 1 hectare », estime Loïc Baranger.

Guidage automatique
Autre atout de l’engin : le guidage automatique dans le rang. « Grâce à un système d’ultrasons et de capteurs dans les palpeurs, la machine se remet droite par rapport au rang », apprécie l’un des salariés du domaine. Le conducteur peut ainsi reporter toute son attention sur les paramètres de récolte.
La qualité des vendanges est assurée grâce à différentes étapes de nettoyage au moment du passage de l’engin dans la vigne. « Un aspirateur à air transversal et un extracteur de feuilles permettent de réduire au maximum la quantité de feuilles. Elles ne sont pas en contact avec le jus. » L’aspirateur inférieur monté en aval extrait encore une partie des déchets végétaux avant que la vendange soit convoyée vers le haut de la machine. Un tri est encore réalisé grâce à l’égrappoir et la table de tri. Résultat : « dans la benne, on ne retrouve que les raisins et quelques pédoncules », constate le conducteur.

Plus de sécurité grâce à une trémie latérale
Grâce à la trémie latérale, le déchargement est plus rapide et nécessite moins de manœuvres. « C’est le chauffeur qui va à la remorque de déchargement et plus le contraire. C’est aussi plus sécurisant d’avoir une benne latérale. La benne ne monte pas au-dessus de la machine. Il y a moins de risque de se prendre dans des fils électriques. »
Le vigneron apprécie aussi d’être propriétaire de sa propre machine. La précédente était en copropriété avec un voisin. « On a gagné en souplesse et en confort de travail. On intervient quand on veut. » Depuis ce nouvel investissement, plus personne ne travaille le week-end.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le prix des terres et prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles pour chaque département de la région Pays de la Loire.
Le robot danois qui sème et désherbe tout seul
Le robot Farmdroid, homologué pour travailler en autonomie sur la parcelle, sème et bine. Une alternative à l’usage de produits…
Le Préfet met la pression sur le sanglier
 Le Préfet a réuni le 27 septembre les représentants agricoles et des chasseurs pour faire le point sur le dossier dégâts de…
« Des conditions idéales pour semer »
Avec la météo favorable, les semis de blé ont démarré depuis la semaine dernière dans le Maine-et-Loire. Reportage au Gaec…
Donner des clés pour s’installer
160 élèves de formation agricole ont arpenté le forum à l'installation, jeudi 14 octobre, au Gaec des Mardreaux au Fief-Sauvin.
Un troupeau plus adapté à la demande
 L’assemblée générale du syndicat limousin 49 s’est tenue à Vezins, mardi 28 septembre. L’occasion de visiter l’EARL Blaiteau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités