Aller au contenu principal

Salon
Une vitrine de choix pour expliquer l’agriculture aux Français

L’édition 2008 du Salon international de l’agriculture se déroule du samedi 23 février au dimanche 2 mars à la Porte de Versailles.

Cent vingt races sont attendues cette année au 117e concours général des animaux.
Cent vingt races sont attendues cette année au 117e concours général des animaux.
© AA

Cette année, 600 000 visiteurs sont attendus à la Porte de Versailles pour aller à la rencontre de l’agriculture française. Pour cette 45e édition, les organisateurs ont choisi comme axe de communication « l’agriculture au cœur de la vie ». « Nous souhaitons rappeler aux visiteurs que la fonction première de l’agriculture est avant tout de nourrir les hommes, que l’activité agricole contribue fortement à l’environnement et à l’aménagement du territoire et, enfin, que l’agriculture est une source potentielle importante de biomasse dont les utilisations sont très diverses et de plus en plus indispensables à l’équilibre écologique de la planète », explique Christian Patria, le président du Salon.

En 2007, le secteur de l’élevage dans le hall 1 avait opéré un profond réaménagement de son espace. Le thème retenu, “Terre d’élevage : la passion des métiers”, a rencontré un très beau succès auprès du public. L’opération est reconduite en 2008. L’espace porcin présentera pour sa part, les nouveaux modes d’élevage plus respectueux de l’environnement. L’élevage bovin mettra à l’honneur la race Rouge des près qui fêtera son centenaire (c’est Volente, une magnifique vache de cette race qui fait la “Une” de l’affiche du SIA 2008).

Cette année, c’est autour du secteur végétal de faire sa révolution culturelle en présentant aux visiteurs une Odyssée végétale racontée par les agriculteurs eux-mêmes. Les acteurs des filières végétales ont créé, au sein du Hall 2.2, un espace identifié de communication avec une animation commune reposant sur une mise en scène des cultures. L’animation consiste à faire raconter l’histoire de chaque culture sous forme de “leçons de choses” ou de “tours de plaine” par des agriculteurs.

Démarche pédagogique
Autre événement sur ce site : la célébration de “ l’année internationale de la pomme de terre” dont la FAO entend faire la promotion pour satisfaire les besoins alimentaires croissants, notamment dans les pays en développement. De son côté, le ministère de l’Agriculture a dédié son immense espace à l’explication de la Pac. « Cette politique qui est la première au niveau européen est une grande inconnue pour le contribuable et le consommateur », précise le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier. À l’heure où sa réforme est à l’ordre du jour à Bruxelles, « nous devons montrer en quoi cette politique est fondamentale pour relever les défis de l’avenir : la sécurité alimentaire, le développement durable et la lutte contre le changement climatique », insiste-t-il. « L’objectif de ces nouvelles orientations est d’ancrer le Salon de l’agriculture dans une démarche pédagogique et de le positionner comme un véritable trait d’union entre l’agriculture, ses agriculteurs et le grand public », note Christian Patria. Le secrétaire d’État aux sports, Bernard Laporte a accepté de parrainer une communication vers les jeunes sur le thème « bien manger et bien bouger ». Car le Salon de l’agriculture reste le lieu d’excellence pour la découverte des produits de terroirs. Les vingt-deux régions françaises mettront une fois de plus en valeur leurs activités agricoles, produits alimentaires et tourisme vert. Le salon demeure le pôle de sélection des meilleurs produits de terroirs pour les profes- sionnels. Cette année, plus de 17 000 échantillons sont présentés au Concours général agricole. Certes, des vins en majorité, mais de plus en plus des produits alimentaires avec, pour la première fois, la charcuterie et les produits apéritifs. Sans oublier le traditionnel concours des animaux qui en est à sa 117e édition et qui reste la référence absolue en matière de reproducteurs. Cette année, les présentations d’animaux porteront sur quelque 120 races. Celles en concours : 19 races bovines, 12 races ovines, 4 races porcines, 13 races de chevaux de trait (dont 4 races étrangères participant au Trophée international du cheval de trait), représentent les races les plus répandues. À côté de celles-ci, le public pourra également découvrir l’étonnante diversité du patrimoine de l’élevage français, avec les races en présentation. Cette année, trois races bovines à petits effectifs seront en présentation : la Froment du Léon, la Nantaise et l’Armoricaine.

Hervé Garnier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités