Aller au contenu principal

Valoriser l’ensemble de l’animal

La vente directe, chez Johnny et Francky Gougeon, est ancrée dans l’exploitation, à Soulaines-sur-Aubance. Cela fait 18 ans que les agriculteurs du Gaec des trois chênes vendent une partie de leur viande sans passer par des intermédiaires.

Johnny et Francky Gougeon pratiquent la vente directe au Gaec des trois chênes, à Soulaines-sur-Aubance.
Johnny et Francky Gougeon pratiquent la vente directe au Gaec des trois chênes, à Soulaines-sur-Aubance.
© AA

Si la vente directe est pratiquée depuis un moment sur l’exploitation, cela fait 5 ans que les deux frères la développent ainsi. « Le prix est si bas en allaitant qu’on cherchait constamment à diminuer les charges. à un moment, on s’est dit qu’on ne pouvait pas plus, et qu’il fallait qu’on apporte de la valeur ajoutée à notre viande », témoigne Johnny Gougeon. Aujourd’hui, cela représente 20 % du chiffre d’affaires de l’exploitation. Le but, c’est d’arriver à 40 % dans les prochaines années. Il faut dire que les éleveurs ont du choix, afin de ravir tous les clients. Trois colis sont proposés aux poids de 5 kilos et 10 kilos : le colis complet, le colis cuisson rapide et le colis barbecue. Mais en plus de cela, le Gaec des trois chênes commercialise « de la bolognaise, des rillettes, du saucisson, des tripes, du bœuf bourguignon… Cela nous permet de répondre aux changements de consommation de la viande », détaille Francky Gougeon. Ces plats préparés le sont à Chemillé-en-Anjou, à Respect Gourmand. « C’est super car il y a beaucoup d’innovations, et je participe aux fabrications », confie Johnny Gougeon. Ainsi, les plats préparés permettent d’écouler tous les morceaux de l’animal et de réaliser également une belle plus-value. « Beaucoup de clients veulent du tout prêt, et du bon. On répond à cette demande avec nos plats préparés. Souvent, ils reviennent ! », se réjouit Francky Gougeon.


80 % de nouveaux clients
« Pour booster notre chiffre d’affaires, on veut bien 2 mois de confinement tous les ans ! »,  s’amuse Johnny Gougeon. Les ventes ont explosé, et les éleveurs ont vendu deux animaux lors d’une même date, ce qui ne leur était jamais arrivé. « On a eu 80 % de nouveaux clients. Des gens qui avaient leur train-train avant, ou qui n’avaient pas le temps de venir », analyse Francky Gougeon. Les éleveurs espèrent garder 20 % de ces clients supplémentaires, afin de parvenir à leur objectif de développement. « Le confinement aura permis une chose, c’est que les consommateurs sont revenus sur les fermes. Il y a une trop forte méconnaissance de notre métier, et on en pâtit. La vente directe aide à se défaire de cette image », avance Johnny Gougeon. Les agriculteurs, qui sont favorables à un abattage à la ferme, pensent que la vente directe est une voie vers la meilleure rémunération. « Aujourd’hui, c’est compliqué de s’installer en allaitant. On va vers une réduction du cheptel, pour passer plus de temps à valoriser la viande. Cela passe par une diversification de nos produits pour répondre aux attentes des consommateurs », conclut Johnny Gougeon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités