Aller au contenu principal

Elevage
Veaux de boucherie : une revalorisation nécessaire

Mathieu Delanoë, éleveur au Tremblay et responsable du dossier veaux de boucherie à la FDSEA de Maine-et-Loire, revient sur une conjoncture  contrastée.

© AA

Les cours des veaux de boucherie sont aujourd’hui orientés à la hausse. Comment explique-t-on ce contexte de prix favorable ?
La filière connaît un manque de petits veaux de 8 jours depuis le printemps, ce qui fait qu’il y a aujourd’hui moins d’animaux envoyés aux abattoirs. Cela entraîne une augmentation des cours de la viande, qui ont atteint les 7 euros/kg de carcasse. Ce manque de veaux est, notamment, lié à l’existence d’une filière export pour les veaux de 8 jours à destination de l’Espagne. Jusqu’ici, ce pays les achetait de manière épisodique, ce qui permettait d’écouler des veaux de moins bonne qualité. Mais aujourd’hui, avec la diminution continue du nombre des élevages laitiers, on voit bien que le marché du veau laitier se tend. Dans ce contexte, les Espagnols se sont positionnés pour acheter des veaux de bonne qualité, et cela de manière régulière.
Des cours qui augmentent, mais d’un autre côté, des charges en hausse. Comment les éleveurs font-ils face à l’inflation ?
Aujourd’hui, les veaux qui sortent de nos exploitations nous sont rémunérés en moyenne 105 à 115 euros par veau sorti. Il sortent un peu plus tôt qu’habituellement, ce qui montre bien la tension sur le marché. En tant qu’éleveurs, nous subissons fortement la hausse des charges en électricité et en gaz, surtout, pour chauffer l’eau de boisson des veaux. La profession réalise en ce moment, au niveau national, un référencement de tous les systèmes qui existent pour économiser l’énergie et devenir plus autonome : le bois, le système Nénufar, le photovoltaïque, les chauffe-eau solaires.
On constate déjà que ceux qui ont opté pour une énergie alternative comme le bois-énergie, - et nous sommes plusieurs à l’avoir fait dans le département -, résistent mieux à la hausse des coûts de l’énergie.


Dans ce contexte, qu’attendez-vous de la part des intégrateurs ?
Nous estimons que ce contexte de cours à la hausse est l’occasion d’augmenter le montant de nos prestations. Dans les faits, Denkavit a déjà mis en place une aide de 3 euros/place à tous les éleveurs pour compenser la hausse des charges. La société Van Drie y réfléchit aussi de son côté. Nous sommes attentifs à ce qui va se passer au début de l’année 2023. En effet, dans les contrats-types d’intégration, il existe une “clause d’indexation” qui stipule que, si l’Ipampa gaz et l’indice du fermage augmentent durant deux années consécutives, l’intégrateur doit se charger d’augmenter la prestation payée aux éleveurs. Cette prestation doit logiquement augmenter aujourd’hui. Ce que l’on ignore à ce jour, c’est la hauteur de cette revalorisation.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois