Aller au contenu principal

Élevage
Vendre le colostrum excédentaire

Seenovia propose aux éleveurs de vendre le colostrum en surplus à Ingredia. Frédéric Quignon fait partie des 290 adhérents aujourd’hui engagés.

Depuis octobre 2021, Seenovia propose à ses adhérents de Mayenne et de Sarthe, et désormais aussi du Maine-et-Loire, de vendre une part du colostrum de leur élevage à une entreprise du Nord de la France. « Ingredia, filiale de la coopérative La prospérité fermière, est spécialisée dans la valorisation des protéines issues du colostrum, explique Cyril Charles, chef de projet du pôle indicateurs de pilotage chez Seenovia. Elle nous a démarchés car elle a besoin de volume pour répondre à l’accroissement de ce marché à forte valeur ajoutée dans la région de l’Asie du Sud-Est. Nous avons donc mis en place ce service sur toute la zone Seenovia pour une durée d’au moins cinq ans ».

Réserve de colostrum

Producteur de lait à Chemillé-en-Anjou (Valanjou), Frédéric Quignon fait partie des 290 éleveurs aujourd’hui engagés dans un contrat avec Ingredia. Conduisant un troupeau de 95 VL, en association avec son fils, Alexis, il avait l’habitude de conserver le colostrum excédentaire. « Le volume de lait de la première traite est souvent supérieur aux besoins du veau, commente-t-il. Je congelais le surplus. J’avais donc toujours quelques bouteilles en réserve pour le cas où le colostrum d’une vache n’était pas d’assez bonne qualité pour nourrir son veau ».  Mesurée en brix, sa qualité dépend de sa richesse en anticorps, protégeant le veau des maladies néonatales. Il est donc un  ingrédient essentiel dans la conduite des premiers jours des jeunes bovins.

41 L en six mois

Malgré ce stockage au congélateur, Frédéric Quignon disposait de colostrum en surplus qu’il jetait, jusqu’à présent. Depuis un an, l’éleveur le conserve dans des seaux, si sa qualité, contrôlée au réfractomètre, est supérieure à 18 brix. Congelé dans les deux heures après la traite et conservé à -12°C, il est ensuite transmis à Ingredia, via Seenovia, avec toutes les données d’identification (vache, éleveur, taux de brix, date de prélèvement). « C’est le contrôle laitier qui assure la logistique », précise le producteur. Sur les six derniers mois, Frédéric Quignon a ainsi vendu 41 L de colostrum, à un prix moyen de 1,2 €/L. Le prix, variant de 0,6 à 4,2 €/L, dépend de la quantité de protéines solubles présentes dans le colostrum. La somme reçue au final n’est pas élevée, mais le producteur admet que ce n’est pas l’aspect financier qui le motive dans cette démarche. « Mais plutôt la satisfaction de ne plus gaspiller un produit de bonne qualité », dit-il. En 2023, ce sont déjà 10 000 L de colostrum qui ont été vendus. Et 60 000 € reversés aux éleveurs depuis le début de l’opération.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’Anjou bloque à son tour

Alors que le mouvement de colère du monde agricole s’étale désormais sur toute la France, la FDSEA et les JA49 ont entamé une…

Lisa Gourdon profite d'une pause pour reprendre de l'énergie grâce au pique nique distribué à l'échangeur de la Plesse, sur l'axe Angers-Rennes.
Mobilisée au cœur du cortège
Pour certains agriculteurs présents dans le convoi jeudi 1er février, il s'agissait de leur première manifestation. Comme Lisa…
Solidaires, les entrepreneurs bloquent l'A11

Lundi matin dès 6h, les entrepreneurs des territoires (EDT) du Maine-et-Loire ont bloqué l'A11 dans les 2 sens, entre les…

Jeudi 18 janvier, à l'appel de la FDSEA et des JA 49, des agriculteurs de tout le département se sont rassemblés devant l'usine Lactalis pour bloquer l'entrée des camions sur le site de Saint-Florent le Vieil.
Lactalis sous pression

La semaine dernière, les agriculteurs se sont mobilisés pour soutenir l'Unell, principale organisation de producteurs livrant…

Retour sur la manifestation du 1er février à Angers : opération escargot

Plusieurs centaines d'agriculteurs de la FDSEA et des JA Maine-et-Loire, jeudi 1er février, pour défendre le revenu et appeler…

Continuer à apporter des solutions pour la maîtrise des charges

L'Union des Cuma Pays de la Loire - section Maine-et-Loire a tenu son assemblée générale vendredi 26 janvier au Campus de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois