Aller au contenu principal

Bovins
Vente de reproducteurs : succès renouvelé

Près de 40 % des animaux présentés ont été vendus lors de la vente organisée la semaine dernière à Cholet.

Une centaine d’éleveurs ont participé à la vente de printemps de reproducteurs à Cholet.
Une centaine d’éleveurs ont participé à la vente de printemps de reproducteurs à Cholet.
© AA
Près de 50 mâles reproducteurs des cinq races à viande, alliant haut potentiel génétique et bonnes performances, ont été proposés à la vente le 15 mars au marché aux bestiaux à Cholet, lors de la vente de printemps organisée par Bovicap conseils. Si la fréquentation a été un peu en-deçà de la vente d’automne, en raison de très bonnes conditions météorologiques ce jour-là, les affaires ont bien eu lieu, comme l’indique Jean-Luc Besson, responsable viande à Bovicap conseils : « Il y a un peu moins de curieux, mais les gens qui sont venus sont là pour acheter ». Alors que la matinée était déjà bien entamée, Thierry
Guillet, éleveur de blondes d’aquitaine à La Pouëze, se félicitait d’avoir vendu un taureau sur les deux qu’il présentait. « J’étais déjà venu avec ces animaux, lors de la dernière vente en novembre, mais ils étaient un peu jeunes à l’époque ». L’éleveur, qui vend entre 7 et 8 reproducteurs chaque année, participe régulièrement à cette vente.

Achat coup de cœur
Pour lui, ce qui détermine l’achat, c’est avant tout le coup de cœur. C’est pourquoi le comportement des animaux est essentiel : il est important qu’ils soient habitués à être manipulés. « Cela nécessite un peu de préparation avant pour habituer les animaux à certains gestes », explique l’éleveur. « Participer à une vente comme celle-ci, c’est un atout de plus par rapport aux petites annonces. C’est la multiplicité des contacts qui fait la renommée d’un élevage ». À la fin de la matinée, les organisateurs se montraient satisfaits : « 40 % des animaux ont été vendus. Nous avons eu des ventes dans toutes les races. C’est un rendez-vous récent qui se confirme, avec une fidélisation de certains acheteurs. Le choix de la génétique s’avère payant », estime Jean-Luc Besson. Prix moyen des transactions ce jour-là : entre 2 000 et 2 500 euros.

D.J.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités