Aller au contenu principal

Conférence
Vers une révolution verte

Michel Griffon, économiste et scientifique, était à l’Ésa le 22 octobre.

Un amphithéâtre comble et des écrans placés à l’extérieur, c’est devant plus de 400 étudiants que Michel Griffon, directeur scientifique du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est venu, le 22 octobre, exposer sa vision de l’agriculture de demain et comment il voit se profiler la « révolution doublement verte ».
« C’est dans l’aire de l’agriculture intellectuellement intensive que vous allez travailler à l’issue de vos études, expliquait-il. Les solutions techniques sont nombreuses mais elles sont à réinventer en Europe comme dans les pays en développement ».
En effet, c’est à partir d’un constat alarmant que Michel Griffon arrive à ses conclusions. « J’ai vécu la révolution verte, celle où l’on estimait que la technologie, la chimie et le pétrole allaient résoudre tous les problèmes avec l’émergence des engrais, de la mécanisation et finalement des phytosanitaires », témoigne-t-il. Ces évolutions n’ont pas été sans conséquences dans le monde entier : déforestation, surexploitation des nappes ou encore érosion éolienne. « J’ai vraiment eu un choc à partir de 1990 lorsque nous avons observé des plafonnements de rendement en Asie, c’était une remise en cause de tous nos acquis et notre façon de travailler », révèle-t-il. L’équation devient alors très complexe lorsqu’il présente les perspectives d’évolution des populations avec un accroissement exponentiel depuis le XIXe siècle, qui devrait atteindre son maximum autour de 9 milliards d’habitants et des surfaces agricoles cultivables qui risquent de se réduire. « Le chemin est alors très étroit vers la sécurité alimentaire, sans même évoquer l’utilisation des sols pour des biocarburants », constate-t-il.
Mais les solutions ne manquent pas pour ce chercheur agronome, qui ouvre les portes de techniques encore peu développées à grande échelle mais qui seront les solutions pour les agronomes de demain.
Il met en avant un système de production viable, qui utilise des sources renouvelables : l’eau, la diversité, les sols, l’énergie. Il présente un panel de techniques multiples en passant par la gestion des peuplements dans les parcelles (semis sous couverts…), les techniques sur le cycle de l’eau pour mieux la retenir dans les sols, ou encore la fertilité du milieu où il insiste sur le rôle essentiel des légumineuses. Enfin les phytosanitaires révèlent des potentiels de recherche importants. L’auditoire a pu découvrir les secrets de l’allélopathie (propriété intrinsèque de certaines plantes pour éloigner d’autres plantes), fonctionnalité qui pourrait remplacer certains herbicides. Les auxiliaires des cultures sont pour Michel Griffon la clef du contrôle des insectes et cela passera par une modification en profondeur des paysages en favorisant les haies, les zones humides, les bandes enherbées. Mais lorsque ces solutions sont insuffisantes, il admet que « les OGM peuvent, dans certains cas d’insectes particulièrement ravageurs, être une solution qu’il faut considérer comme subsidiaire et non durable ».

S.P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités