Aller au contenu principal

Vilmorin-Mikado, producteur de semences

Spécialisé dans la création, la production et la commercialisation des semences potagères pour les professionnels, mais aussi de semences d’arbres, Vilmorin-Mikado travaille 3500 t de graines de légumes par an.

Basé à La Ménitré, le siège français de Vilmorin-Mikado s’étend sur 7 ha. Le site comprend une usine de production, créée dans les années 1970, puis rénovée et sécurisée en 2010, mais aussi le laboratoire de recherche et développement du semencier franco-japonais. « Nous sommes spécialisés depuis plus de trois siècles dans la création, la production et la commercialisation de semences potagères pour les professionnels », rappelle  Charlotte Tavin, responsable de la communication. Créée en 2016, l’entreprise est en effet le fruit du rapprochement de deux maisons grainières : l’angevine Vilmorin, établie depuis 1743, et la japonaise Koshibe. Aujourd’hui, la filiale semences du groupe coopératif Limagrain, emploie plus de 1 000 personnes sur les cinq continents et a réalisé un chiffre d’affaires de 220 millions d’€ en 2021-2022, dont 15% sont consacrés à la recherche.

Traçabilité des produits
Leader mondial pour la semence de carotte et la chicorée witloof, Vilmorin-Mikado est un acteur majeur pour la salade, la tomate, le poivron, la courge kabocha, le radis daïkon et le bunching onion (oignon botte). Le semencier produit plus de 50 espèces et 750 variétés différentes de légumes, grâce à la collaboration de plusieurs centaines de multiplicateurs en France et des partenaires dans le monde entier. Entre juillet et novembre, selon les espèces et la maturité des plantes, le site de La Ménitré réceptionne 3 500 t de graines par an. Le travail de vérification des lots commence alors pour l’équipe d’Arnaud Quennet. « Nous identifions les lots de graines, reçues en big bag avec un numéro qui assurera la traçabilité tout au long du processus », explique le chef de l’atelier réception/expédition. Avant d’être agréées, les semences doivent subir le contrôle de l’échantillonnage : une opération de 5 prélèvements minimum qui vise à vérifier le taux de déchets, la germination et l’état sanitaire du produit. Le nettoyage des semences est la prochaine étape. Les opérateurs disposent de plusieurs machines (colorimétrie, table densimétrique, cylindre alvéolaire,...) pour trier et calibrer un lot de semences. « C’est un métier très complexe, qui requiert beaucoup d’années d’expériences, mais qui est passionnant, témoigne Arnaud Quennet. Comme nous travaillons avec du vivant, il n’y a pas de routine ».

Fabrication et conditionnement
En fonction de la demande des clients de Vilmorin-Mikado, les semences bénéficient de traitements physiologiques pour lever la dormance ou accélérer leur croissance jusqu’au stade de pré-germination. Protégées par l’opération de pelliculage, les semences peuvent ensuite passer à l’enrobage. « C’est une opération qui consiste à augmenter la masse de la semence, jusqu’à 30  fois selon les espèces, précise Stéphanie Reverdy, chef de l’atelier enrobage. Le but est de faciliter le semis ». Les produits et solutions d’enrobage sont « fabriqués par les opérateurs, à partir de minéraux issus de carrière ». Le site de La Ménitré honore environ 20 000 commandes par an pour ses clients présents dans plus d’une centaine de pays. Les semences sont expédiées dans des conditionnements spécifiques à leur espèce (en sachet pour les radis par exemple) ou à leur mode de transport, représentant au total 2 millions d’emballages par an. « Nous produisons également plus de 200 espèces de semences d’arbres, ajoute Charlotte Tavin. Nous accompagnons ainsi la filière arbre dans la migration des espèces ».
Pour répondre  à l’accroissement estival de la production, le site de La Ménitré double ses effectifs. « Nous pouvons accueillir jusqu’à 130 salariés dans l’usine, détaille la responsable communication. D’ailleurs, nous sommes en phase de recrutement de personnel saisonnier, avec plus de 30 postes d’opérateurs ouverts actuellement, mais aussi de personnel permanent ». Depuis trois ans, l’entreprise a augmenté son nombre de salariés en alternance : aujourd’hui 18 apprentis travaillent à La Ménitré.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les asperges blanches représentent 80% de la consommation mais 95% de la production française.
Fleuron d'Anjou recherche des producteurs d'asperges
La coopérative Fleuron d'Anjou veut développer la production d'asperges, visant un volume de 1 000 T à 5 ans. Elle recherche des…
Encore trop d'eau pour les semis

Les mauvaises conditions d'implantation des céréales d'automne ont induit un basculement des surfaces vers des variétés de…

Entre 12 et 15 cm de hauteur d'herbe chez Jonathan Bertrand. Sorties 10 jours fin mars, ses vaches sont à nouveau consignées à l'intérieur, faute de portance.
Mise à l'herbe : de timides débuts

Limités jusqu'ici par la portance des sols, certains éleveurs se sont décidés à mettre à l'herbe des animaux, avec parfois des…

Laurent Martin contrôle la production de ses panneaux sur son téléphone. L'optimiseur des onduleurs permet de superviser les modules (température, production, ampérage) et sécurise l'installation.
Une stabulation pour les vaches grâce au photovoltaïque
Éleveur de charolaises à Lys-Haut-Layon, Laurent Martin a financé la construction d'une stabulation pour son troupeau allaitant…
Christiane Lambert, jeudi 14 mars, à Angers.
Christiane Lambert, officier de la légion d'honneur
Jeudi 14 mars, à l'ESA, Christiane Lambert a reçu la médaille d'officier de la légion d'honneur des mains de Luc Guyau, sous le…
Les agriculteurs dénoncent les promesses du gouvernement non tenues, le manque de solutions à court terme pour leurs trésoreries en difficultés mais aussi de solutions à long terme pour éviter que ce scénario ne se répète à chaque début de programmation.
Promesses non tenues et manque de solutions concrètes 

Le 20 mars 2024, les représentants FRSEA et JA des commissions agriculture biologique et environnement ont rencontré la DRAAF…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois