Aller au contenu principal

Communication
Visite pédagogique aux Ragonnières

Les élus et candidats s'intéressent aux sujets agricoles. Les agriculteurs de Beaupréau les ont renseignés.

Réalité et quotidien d’une exploitation des Mauges expliqués à Jean-Louis Borloo.
Réalité et quotidien d’une exploitation des Mauges expliqués à Jean-Louis Borloo.
© AA

La route de l'Elysée est passée par Beaupréau.  L'équipe syndicale du canton a reçu, jeudi 23 juin, le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo. "On vous reçoit à la demande d'Hervé de Charrette et nous sommes heureux de vous faire découvrir l'agriculture de Maine-et-Loire", accueille Jean-Marc Lézé.
Pour rejoindre la ferme des Ragonnières, celui qui ne cache plus  penser à l'Élysée pour 2012,  a traversé la région vallonnée du Choletais, aperçu les haies bocagères et le maillage territorial des Mauges. Il vient avant tout pour mieux connaître les dossiers agricoles, Beaupréau étant une étape dans le tour de France des régions qu'il a entrepris. Aux Ragonnières, les trois frères Chevalier ont repris la ferme paternelle. Ils y produisent du lait, de la viande, des lapins.

Réserves d’eau

Les éleveurs ont  relaté les difficultés traversées par la viande bovine. "Des cours identiques à ceux d’il y a vingt ans, mais des charges qui explosent dans un marché détenu à 50 % par un seul opérateur", a souligné Régis Lambert, de la Poitevinière. “On risque de perdre l'élevage bovin dans la région et des emplois directs et indirects”, s'inquiètent les éleveurs. Jean-Louis Borloo encaisse, calcule, découvre la réalité du terrain, la gestion au quotidien, l'inquiétude de manquer de fourrage. Et de savoir comment on va le payer.  À l'ancien ministre de l'Environnement, il a été également souligné le manque d'harmonisation européenne en matière environnementale. Les autres dossiers, tels que les autorisations pour l'installation porcine, le phosphore, la gestion de l'eau ont également fait partie des questions abordées. Jean-Louis Borloo a notamment discuté avec un groupe d'agriculteurs des réserves collinaires. "Il faut que l'opinion publique comprenne et que la législation évolue", lui ont dit les responsables professionnels. Sur un petit papier, Jean-Louis Borloo a noté  : "zones humides".

M.L.-R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités