Aller au contenu principal

Élevage
Volumes et performances en hausse à Terrena lapin

La branche cunicole de la coopérative dresse un bilan 2010 positif.

Les coûts sanitaires sont mieux maîtrisés.
Les coûts sanitaires sont mieux maîtrisés.
© AA

La consommation de lapin est repartie à la hausse depuis deux ans. Cette donnée porte à l’optimisme les responsables du groupement lapin de Terrena. Ils ont tenu leur assemblée générale à La  Boissière-sur-Èvre, le 15 mars. “Le lapin a sa place sur le marché. Les consommateurs sont en attente de produits, souligne Anne Soler, directrice du groupement. Mais il faut sans cesse communiquer, se différencier dans un contexte de concurrence entre viandes, et de promotions en GMS, qui tirent les prix vers le bas”. Le tonnage mis en marché par Terrena production lapin a augmenté, en 2010, de l’ordre de 15 %, en adéquation avec la demande des abattoirs.
Tous les éleveurs du groupement ont accru leurs niveaux de performances technico-économiques. Ils ont poursuivi leurs efforts entamés il y a quelques années, dans le droit fil de l’AEI (Agriculture écologiquement intensive) pour maîtriser la santé animale. Les coûts de santé, de 1,6 euros/IA fin 2009, sont passés à 1,25 euro/IA fin 2010. “Tout en maintenant le rendement”, précise Anne Soler.

Plus 15 cts de la part des abattoirs

En terme de rémunération, alors que la cotation du lapin à Rungis a baissé en 2010, à Terrena, le prix moyen de reprise du lapin vif était en 2010 en légère hausse par rapport à 2009. Mais toujours en repli, de 1,3 %, par rapport à 2008. Terrena applique un complément de prix de
0,13 euro/kg par rapport au prix négocié avec les abattoirs. Le prix de l’aliment lapin a augmenté de 45 euros/tonne depuis août 2010. Il est actuellement d’environ 275 euros/ tonne. Mais l’impact de cette augmentation est pour l’instant atténué pour les éleveurs, explique Marc Réveillère, président du groupement : “Les abattoirs ont décidé d’appliquer une hausse de 15 centimes du kilo de lapin”. Une proposition rendue possible grâce à un marché favorable des peaux.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Dans un contexte de crise sanitaire, les Caves de la Loire tirent leur épin
La veille de leur assemblée générale, jeudi 18 février, les Caves de la Loire ont tenu une conférence de presse. L’occasion de…
La carte des cours d'eau mise à jour
Une nouvelle version de la carte des cours d’eau du Maine-et-Loire vient d’être publiée. Les agriculteurs doivent en tenir compte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités