L'Anjou Agricole 03 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La taxe « gros abattoirs » ne sera pas soutenue par le gouvernement

L'amendement devrait être retiré lors de la lecture de l'article 28, prévue vendredi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Lors d'une séance de questions à l'Assemblée nationale, le 2 décembre, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a répondu au député breton Philippe Le Ray (LR), que le gouvernement était opposé à la taxe «gros abattoirs» proposée par deux députés socialistes en commission des finances, le 25 novembre dans la cadre de la loi de finances rectificative 2015. « C'est un amendement d'appel, explique, sans surprise, l'assistant parlementaire de l'un des auteurs de l'amendement, Michel Vergnier (Creuse). Nous souhaitons qu'il y ait un débat sur la redistribution de la valeur dans la filière ».


 

Un tollé général dans les organisations professionnelles
« Lorsque l’on sait que le résultat des entreprises de transformation des produits carnés avoisine 1 % du chiffre d’affaires, proposer l’instauration d’une taxe de 5 % du chiffre d’affaires montre à quel point les députés qui ont voté cette taxe sont ignorants de la situation économique des entreprises ! », s’exclame la Fédération nationale des industries et du commerce en gros des viandes (FNICGV). « C’est demander aux entreprises l’impossible », renchérit Culture Viande, le syndicat qui regroupe des grandes entreprises du secteur. « Avant de ponctionner les entreprises pour abonder un fonds de soutien aux éleveurs française en difficulté, encore faut-il se poser la question du pourquoi du dépôt de bilan l’an dernier de deux des fleurons du secteur. Les entreprises n’ont pas les moyens de supporter une telle taxe qui risque d’être répercutée tant à l’aval en disqualifiant les viandes françaises sur le marché, qu’à l’amont en pénalisant les éleveurs », ajoute l’organisation.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.