Aller au contenu principal

Adopter un maraîcher ?

Depuis la fermeture des marchés, les producteurs s’organisent pour continuer la livraison de produits frais au cœur des villes, comme à Angers. L’opération “Adopte ton maraîcher”, lancée par la mairie, va dans ce sens.

L’opération “Adopte ton maraîcher” permet aux Angevins de s’approvisionner en produits locaux dans des commerces qui ne sont plus utilisés. Ici, la péniche Barco Vino sert de lieu de rencontre entre producteurs et consommateurs.
L’opération “Adopte ton maraîcher” permet aux Angevins de s’approvisionner en produits locaux dans des commerces qui ne sont plus utilisés. Ici, la péniche Barco Vino sert de lieu de rencontre entre producteurs et consommateurs.
© AA

« En 15 jours, la plateforme “Adopte ton maraîcher” a reçu plus de 600 000 visiteurs », s’enthousiasme Stéphane Pabritz, adjoint à la mairie d’Angers, en charge du commerce. Au lendemain de l’interdiction des marchés de plein air, l’élu a rapidement cherché un moyen de continuer à accueillir des producteurs dans la ville d’Angers. C’est comme ça que l’opération “Adopte ton maraîcher” est née.


Plus de 40 producteurs
L’idée ? Installer des producteurs dans des commerces sédentaires, afin d’éviter au maximum de jeter la production. Une belle manière d’afficher sa solidarité envers le monde agricole. « Aujourd’hui, ce sont plus de 40 producteurs que nous accueillons dans une centaine de commerces sédentaires », détaille l’adjoint au maire. Légumes, œufs, produits laitiers, jus, fruits... De nombreuses productions sont représentées, allant au-delà du maraîchage.
« On favorise les productions rapidement périssables, et les agriculteurs du territoire ». L’opération suscite un engouement très fort, tant de la part des agriculteurs que des Angevins.


Un terreau pour demain
Cette initiative, bien qu’éphémère, constitue une expérimentation à grande échelle.
« C’est un excellent terreau pour bâtir l’après-crise. Cela donne de nombreuses idées », confie l’élu. Il ressent une volonté accrue de consommer local, en circuit court, afin de
« soutenir les agriculteurs et agricultrices, et d’amener l’agriculture en ville ». Stéphane Pabritz s’attend à avoir encore plus de monde dans les marchés, une fois le confinement terminé. Il espère développer de nouveaux espaces dédiés à l’alimentation locale. « Demain, il est évident qu’il faudra un grand espace en cœur de ville, pour faire la part belle à nos produits locaux », détaille Stéphane Pabritz. Ce projet n’est, à ce stade, qu’une réflexion, mais il témoigne de la volonté affichée par la ville d’Angers d’accompagner le développement des agriculteurs du département. Après l’annonce de la fermeture des marchés d’Angers, le 23 mars, l’opération a été lancée. Une belle vitrine pour les productions agricoles, un moyen de conserver un lien entre ville et campagne, et un filet de sécurité pour ramener un chiffre d’affaires en ces temps de crise. Pour participer, il suffit d’envoyer un message privé à la page Facebook “Adopte ton maraîcher” en explicitant sa demande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités