Aller au contenu principal

Aider ses vaches à résister à la chaleur

Les Seenoviales lait se sont déroulées à Vernantes (49), mardi 21 janvier, autour de la thématique des enjeux climatiques. L'EARL la Montbéliarde a servi de support à la réflexion.

Freddy Redcent, 33 ans, dans sa stabulation datant des années 70. Ce bâtiment s'avère assez résistant à la chaleur et l'éleveur ne déplore pas de perte de production laitière l'été.
Freddy Redcent, 33 ans, dans sa stabulation datant des années 70. Ce bâtiment s'avère assez résistant à la chaleur et l'éleveur ne déplore pas de perte de production laitière l'été.
© AA

Un système d'exploitation robuste et plutôt résistant face au changement climatique. Freddy Redcent,  éleveur à Vernantes, s'est installé en janvier 2013 en reprenant la ferme laitière d'un tiers, en bio depuis 1995. Il exploite aujourd'hui, avec sa compagne Floriane Dupuis, salariée, une surface de 100 hectares avec un troupeau de 60 vaches montbéliardes. Il produit 385 000 litres de lait pour la coopérative Agrial.

Dès son installation, le jeune éleveur  s'est inscrit dans un groupe de progrès bio de la Chambre d'agriculture, pour adapter au mieux ses pratiques. Son objectif, tirer au mieux partie du potentiel des terres pour être le maximum autonome, tout en conservant un niveau de production suffisamment élevé ( 6 600 litres de lait par vache) afin de pouvoir « rembourser les emprunts ». Gros atout de l'exploitation, elle possède un forage et une réserve d'eau permettant d'irriguer la moitié du parcellaire. Celui-ci se compose de 15 ha de maïs ensilage, 15 ha de mélanges céréaliers, et le reste de prairies multiespèces temporaires et de luzerne à pâturer.


Optimiser les ressources, été comme hiver
L'éleveur a aussi implanté un mélange chicorée-plantin, de manière à avoir du fourrage en vert durant la période estivale. Il a introduit de la féverole dans les mélanges céréaliers pour un apport de protéines, afin de tendre vers l'objectif de « zéro achat de correcteur azoté ». Quant au pâturage, il est réalisé en tournant pour les vaches et en pâturage techno pour les génisses, qui favorise la repousse de l'herbe.
Avec une telle organisation, les vaches de Freddy Redcent résistent plutôt bien aux chaleurs estivales. « L'été, elles sortent à 8 h le matin et elles reviennent en bâtiment vers 14 h, explique l'agriculteur. Je n'ai pas enregistré d'impact sur la production laitière ».
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités