Aller au contenu principal

Coeur de gamme : lentement...mais sûrement

Il y a maintenant 2 mois que système U a signé l'engagement pour la création du coeur de gamme en races allaitantes. Point d'étape sur cet engagement et premiers résultats.

La communication autour de l'engagement se poursuit comme ici sur une affiche de la Fédération national bovine.
La communication autour de l'engagement se poursuit comme ici sur une affiche de la Fédération national bovine.
© FNB

L'engagement coeur de gamme est une démarche de valorisation des animaux médians par une segmentation de l'ensemble des viandes. L'objectif est de tirer le coeur de gamme vers le haut par des prix rémunérateurs, ce qui entrainera automatiquement l'ensemble des produits carnés dans l'ascension, même les réformes laitières. « Nous voulons consolider un coeur de gamme qualitatif pour répondre aux attentes du consommateur » souligne Alain Denieulle, administrateur de la FNB (Fédération nationale bovine) qui porte le dossier.
Mais en proposant un produit de qualité, les éleveurs attendent un prix rémunérateur basé sur le coût de production avec le souhait de redonner un prix en cour de ferme dès maintenant et sur le long terme.


L'état d'avancement de l'engagement
En juin dernier, Système U signait pour la création du coeur de gamme. Le distributeur s'engageait à segmenter l'offre de viande en permettant une rémunération des éleveurs. Qu'en est-il aujourd'hui ? Et les autres distributeurs, que font-ils ?
Actuellement, « l'enseigne Carrefour reste bloquée sur sa position et tente même de contourner l'engagement par des augmentations de prix au sein de ses filières qualité Carrefour qui ne représentent qu'un faible pourcentage. Nous rappelons que l'objectif de l'engagement est bien d'avoir au moins 50 % de l'approvisionnement en coeur de gamme » précise Alain Denieulle. En parallèle, les autres enseignes hésitent, « il faut une pression du terrain », ajoute-t-il. Même si certains franchissent le pas, à l'exemple de magasins Leclerc qui vont s'engager prochainement.
L'engagement coeur de gamme cherche à créer de "nouvelles relations" entre éleveurs et distributeurs. Ainsi, les distributeurs ne répondant pas favorablement à cet engagement semblent refuser d'apporter de la qualité à leurs consommateurs et de rémunérer les éleveurs.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 5 août 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités