Aller au contenu principal

Coop de France prône en priorité l'organisation des producteurs

Coop de France a prôné, le 27 février au Sia, l'organisation des producteurs face à une guerre des prix chez les grandes enseignes.

Les négociations avec la grande distribution ont encore été « extrêmement difficiles » et se sont focalisées sur les baisses de prix, a indiqué Coop de France, à la veille de la fin des négociations annuelles.
Les négociations avec la grande distribution ont encore été « extrêmement difficiles » et se sont focalisées sur les baisses de prix, a indiqué Coop de France, à la veille de la fin des négociations annuelles.
© AA

 

L'amélioration des relations commerciales entre fournisseurs et distributeurs « passera par une évolution de la loi, mais la loi ne réglera jamais tout », a martelé Pascal Viné, délégué général de la fédération des coopératives pour qui « les comportements n'ont pas changé » de la part des GMS. « Seule l'organisation des producteurs permettra de rééquilibrer le dispositif législatif », a-t-il considéré. Et de souligner la « légitimité » des agriculteurs en matière de commercialisation, transformation des produits dans un cadre coopératif. Il leur faut « s’impliquer plus dans la création de valeur », « produire de manière contractuelle autant que possible », a renchéri le président de la section agroalimentaire Dominique Chargé.

 

 

'Le prochain ministre de l'Agriculture aura du travail' selon T. Roquefeuil
'Le prochain ministre de l'Agriculture aura du travail', s'est exclamé Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), en abordant la question des négociations commerciales, de la politique publique et de l'Europe, lors du Salon de l'agriculture, le 27 février.  Il doit rencontrer des représentants du ministère de l'Agriculture à ce sujet dès ce 28 février. Il s'est également interrogé sur l'attitude de la coopération qui, elle-même, ne défend pas l'application de cette loi dans les négociations commerciales de cette année, comme l'a d'ailleurs confirmé Dominique Chargé, président de la Fédération des coopératives laitières quelques heures auparavant. Pour celui-ci, cette loi 'couvre un vrai risque d'intégration et donne les clefs de la valorisation agricole à la distribution'.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Du lait, des gîtes... et du lombricompost
A Saint-Georges des Gardes, les éleveurs Anne et Nicolas Berder ne produisent pas que du lait. Ils sont aussi lombriculteurs et s…
L’agro-écologie en pratique lors de la session Chambre
Lundi 28 juin, à St Pierre-Montlimart, la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire a abordé le thème de l’agro-écologie lors de sa…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités