Aller au contenu principal

Elvéa 49
De fortes attentes vis-à-vis de la loi Egalim 2

Elvéa 49 est prête pour la contractualisation des bovins sous signe de qualité. L’OP attend beaucoup de la loi Egalim 2.

La contractualisation est très attendue par l’organisation de producteurs Elvéa 49, qui rassemble 200 éleveurs dans le département et une vingtaine de négociants.
© AA

La contractualisation est très attendue par l’organisation de producteurs Elvéa 49, qui rassemble 200 éleveurs dans le département et une vingtaine de négociants. Aujourd’hui, environ 7 % des animaux commercialisés via Elvéa le sont sous signe de qualité (Label Rouge principalement), davantage que la moyenne nationale, et cette part est en constante augmentation. En 2020, 125 000 euros de plus-values dans ces filières ont été reversées aux éleveurs. « La contractualisation est un passage important pour la filière allaitante, souligne Jean-Sébastien Bidet, éleveur au Fuilet et président d’Elvéa 49. Nous attendons de celle-ci qu’elle permette enfin de faire reconnaître nos coûts de production. Nous sommes une des seules filières économiques où c’est le client qui établit la facture ! ». Derrière cette reconnaissance et la valorisation du produit, il y a la question de la pérennité de l’élevage et du renouvellement des générations qui est posée. « Le cheptel allaitant devient, la plupart du temps, un atelier secondaire. Nous voulons une filière qui soit capable d’assurer des volumes pour le marché et qui permette d’installer des jeunes... », insiste Jean-Sébastien Bidet.


Des contrats à signer par tous les maillons
Comment va se passer la mise en œuvre de la loi Egalim 2 ? « Nous sommes prêts, les contrats sont prêts, assure Nicolas Pellier, animateur d’Elvéa 49. Nous avons espoir d’appliquer la loi Egalim 2 début janvier. Pour cela, il va falloir que  tous les acteurs de la filière soient en phase. Il faudra que l’acheteur signe le contrat, avec un prix décent, pour lancer la machine ! ».  
Concrètement, l’OP Elvéa va récupérer les mandats de ses éleveurs adhérents afin d’aller négocier avec les premiers acheteurs. « Nous allons accompagner les éleveurs ». La construction des contrats se fera en fonction des coûts de production : « soit l’éleveur aura fait calculer ses coûts de production, soit nous calculerons un coût de production unique au sein de l’OP, par race, par label, qui pourra être établi à partir d’une part majoritaire des indicateurs de l’Institut de l’élevage et d’autre part du prix du marché. Une majoration sera appliquée pour les viandes Label Rouge qui sont plus exigeantes en matière de bien-être animal, plus coûteuses à produire », détaille Jean-Sébastien Bidet. Le principal objectif étant que la valorisation revienne bel et bien à l’éleveur, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. « L’éleveur est la variable d’ajustement », déplore le président d’Elvéa. Aujourd’hui, le défi est de mettre en phase la demande des acheteurs, grande distribution majoritairement mais aussi boucherie et restauration hors domicile avec les différents maillons de la filière : éleveurs, commerçants abatteurs.
Dans cette nouvelle configuration, comment va évoluer le rôle des négociants en bestiaux ? « Ce qui va importer encore plus demain, c’est leur capacité à apporter au client final exactement ce dont il a besoin. Leur rôle est d’apporter le bon animal au bon endroit, avec une sélection et un tri des animaux de plus en plus pointus », explique Jean-Sébastien Bidet.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois