Aller au contenu principal

De la souplesse dans les logettes

Le Gaec de la Bellière, à Saint-Pierre- Montlimart, s’est équipé de logettes flexibles de la marque néerlandaise Agriprom et de tapis irlandais Mayo. Vaches et éleveurs plébiscitent ces équipements venus du Nord et qui procurent du confort et bien-être aux animaux.

Quel que soit leur gabarit, les normandes du Gaec de la Bellière se sont très vite accoutumées aux logettes et tapis.
Quel que soit leur gabarit, les normandes du Gaec de la Bellière se sont très vite accoutumées aux logettes et tapis.
© AA

Une transition sans accroc. Cela fait bientôt 3 mois que les vaches du Gaec de la Bellière, à Saint-Pierre Montlimart, ont changé de mode de logement.  De l’aire paillée, elles sont passées à un système de logettes flexibles choisi par les éleveurs. « L’acclimatation a été assez rapide, et nous avons même été étonnés de constater que ce sont nos plus vieilles vaches qui se sont habituées le plus vite. Les deux plus âgées, en 8ème lactation, s’y sont mises tout de suite », explique Nicolas Audoin, l’un des deux associés. « Nous avons  juste donné un coup de main aux vaches en les “confinant” quelques jours au démarrage, en fermant l’accès au pâturage ».

L’éleveur est donc satisfait de ce système qu’il avait repéré dans d’autres élevages et qu’il a préféré à des logettes galvanisées “classiques” pour des raisons de bien-être animal. Un aspect important pour une ferme qui pratique la vente directe de produits laitiers et reçoit régulièrement du public. « Les logettes flexibles donnent de l’aisance aux vaches, observe l’éleveur. Elles ne se sentent pas bridées. Et si certaines s’installent un peu de biais, ça ne gène pas les autres ».


Craintes dissipées
N’ayant jamais eu de logettes, les éleveurs nourrissaient quelques craintes, mais celles-ci ont vite été dissipées. « Quand on vient en fin de matinée avant le passage de la mélangeuse, tout le monde est couché, ça fait une belle rangée de vaches ! », apprécie Nicolas Audoin. Celui-ci a pu tester la praticité des barres amovibles :
« quand une bête s’avance un peu trop, il suffit de retirer la barre au bas-flanc et en quelques secondes, elle se décoince ».
Quelques ajustements ont été nécessaires. « Dans un premier temps, la barre au garrot a été poussée pour donner davantage d’aisance aux vaches, puis on l’a rapprochée ensuite pour avoir des logettes plus propres. Déjà, nous avons peu de bouses en bordure, mais nous allons essayer d’avancer un peu encore la barre pour améliorer l’efficacité des logettes ».


Moins de paille, moins d’astreinte
Les tapis Mayo donnent aussi entière satisfaction aux éleveurs, dans la mesure où ils garantissent le confort pour les animaux tout en faisant réaliser des économies substantielles de paille. « Avec notre aire paillée, il fallait compter 15 kg de paille/jour/vache. On réalisait un curage quotidien, ce qui demandait beaucoup de travail. Aujourd’hui, on apporte 2 kilos de paille/vache/jour. On ne  paille que tous les deux jours », résume Nicolas Audoin. Pour l’instant, l’élevage utilise de la paille entière mais il envisage à l’avenir de passer à la paille broyée, bien adaptée à ce type de tapis, pour son pouvoir asséchant.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Bientôt du konjac made in Anjou ?
Créer une filière de konjac 100 % français. C’est le défi que relève la SAS Plant innovation R&D basée à Angers.
La Confédération Paysanne a-t-elle encore sa place dans les instances représentatives départementales ?

Lundi 22 novembre, lors de la session Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire, la Confédération Paysanne a confirmé son…

veaux de boucherie
Soigner les veaux pour obtenir une viande de qualité
Le GIE Les Vitelliers a organisé, fin octobre, une visite de l’élevage de veaux de boucherie de Marie Bossoreille à Montreuil-…
Une vache du Maine-et-Loire championne régionale
Le Régional prim’holstein se tenait vendredi et samedi derniers à Château-Gontier. Un concours de grande qualité qui a vu le…
Les retraites, un combat permanent
Plus de 150 aînés de la FDSEA de Maine-et-Loire  se sont retrouvés en assemblée générale à Saint-Quentin en Mauges (Montrevault-…
Porci Mauges pousse les murs de son outil d’abattage
A Beaupréau, l’abattoir Porci Mauges s’agrandit et améliore ses outils de travail pour répondre à une demande croissante.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois