Aller au contenu principal

Des conditions peu poussantes pour le maïs

A la Meignanne, près d'Angers, le Gaec JLR a démarré ses semis avec un mois d'avance par rapport à 2018. La configuration est correcte, même si davantage de pluie serait souhaitable.

Benjamin Leray, associé du Gaec JLR, en train de semer sur la parcelle de 24 ha de maïs du Grand Vireloin, à La Meignanne.
Benjamin Leray, associé du Gaec JLR, en train de semer sur la parcelle de 24 ha de maïs du Grand Vireloin, à La Meignanne.
© AA

« Notre priorité,  c'est l'apport énergétique du grain, pas la croissance végétative ».
Benjamin Leray est l'un des 3 associés du Gaec JLR, avec Yves et David Joncheray. Membre de la Cuma Botanica, l'exploitation produit 60 à 70 ha de maïs par an sur ses parcelles de La Meignanne (Maine-et-Loire). Trois-quarts en ensilage, et le reste en grain. Pour une valorisation par le troupeau laitier - une centaine de red et prim'holstein. 
Cette année, le semoir 4 rangs et la herse rotative de la Cuma sillonnent les terres du Gaec JLR un mois plus tôt que d'habitude. Opportunité offerte par un temps sec et une structure de sol favorable.

Choix de variétés typées grain

« On va semer 30 ha d'ici à la fin avril, et les 30 restants la 1ère quinzaine de mai. Ainsi on pourra mieux échelonner les interventions » avec les 30 autres adhérents de Botanica, souligne Benjamin Leray. A chaque phase son indice de précocité : « on commence à 450, on terminera à 290 », relate l'exploitant. Les variétés choisies (Rafika, Jericho, P8329, DKC3939...) sont davantage typées grain qu'organes verts, pour apporter aux vaches un maximum d'énergie.


Une approche qualitative qui détermine aussi la densité de semis, de l'ordre de 85 000 grains/ha « alors qu'on pourrait pousser jusqu'aux 95 000 ». Le semoir enfouit la graine à 3 cm, « c'est assez profond pour aller chercher l'humidité », selon Benjamin Leray. 

Si le déficit pluviométrique du début d'année permet de semer dans une configuration optimale, il interroge par contre sur le bon développement ultérieur du maïs, et risque d'entraver l'efficacité des anti-germinatifs employés contre les adventices.
« On va devoir attendre le stade 2 feuilles pour traiter », redoute Benjamin Leray.

Vincent Faure

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Valérie, Baptiste et Dominique Lebrun sont associés dans l'entreprise Ek'o save water.
Ek'o économise l'eau sous la douche
Ek'o save water a créé un système de robinetterie qui économise l'eau sous la douche. Les associés ont reçu une médaille d'or et…
Simon et Didier Trovalet, devant le nouveau siège social, en construction à l'entrée de Saint-Augustin des Bois. L'entreprise investit 2 millions d'euros dans sa réorganisation interne.
Prefakit construit
son avenir
Marchés en plein développement, recrutements, et bientôt nouveau siège social. Implantée à Saint-Augustin des Bois depuis 77 ans…
Sébastien Ferrard, du Gaec du Pâtis Candé. Sur cette parcelle sableuse, auparavant en prairie, l'agriculteur a pu semer un maïs à indice 270-300.
Des chantiers décalés par les pluies
Les semis de maïs devraient pouvoir reprendre en fin de semaine. Certains agriculteurs ont pu déjà semer fin avril début mai,…
Christian Suteau conduit un troupeau de 30 Normandes sur une SAU de 65 ha, majoritairement en herbe.
Il achète de la paille, craignant une pénurie à la récolte
Christian Suteau achète tous les ans environ 50 t de paille à un voisin pour compléter la production de son exploitation. Cette…
Au cours de la journée, les six conférences techniques ont rassemblé du public. L'événement a accueilli 1300 visiteurs sur le site de Thorigné-d'Anjou.
1 300 visiteurs à Thorigné d'Anjou
La ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou a accueilli 1 300 visiteurs jeudi 16 mai pour une restitution de ses travaux de…
Élections européennes : ne nous laissons pas tenter par l'abstention

A un mois du vote prévu le 9 juin, que dire aux citoyens, et aux agriculteurs en particulier, qui sont…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 176€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois