Aller au contenu principal

Des pistes pour mieux valoriser les agneaux bio

La saisonnalité de la production d’agneaux bio pénalise les mises en marché. L’attente des consommateurs est pourtant réelle sur ce produit.

En 2018, le Maine-et-Loire comptait 6 éleveurs ovins bio.
En 2018, le Maine-et-Loire comptait 6 éleveurs ovins bio.
© Archives AA

En Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes, 50 éleveurs ovins sont membres d'Unebio,pour un effectif total de 2 000 têtes. Entre 2016 et 2017,le nombre d’agneaux abattus a progressé de 12 % - de 1 300 à 1 400.

Mais le groupement voudrait en faire plus. Problème : la saisonnalité de la production d’agneaux bio réduit fortement la marge de manoeuvre commerciale. « Dans le nord de la France, les sorties s’étalent majoritairement de juillet à décembre, ce qui ne correspond pas au pic de consommation constaté à Pâques, et dans une moindre mesure à Noël », indique Camille Brillion, coordinatrice filière chez Unebio.

En 2018, Interbev a bien lancé une campagne de communication sur “l’agneau bio d’automne” afin d’inciter les amateurs à changer leurs habitudes de consommation, « mais il est encore trop tôt pour mesurer son impact réel », reconnaît Camille Brillion. Le groupement incite aussi ses adhérents à dynamiser eux-mêmes la filière, notamment par des animations en magasin afin de pouvoir dialoguer avec les chefs bouchers et les consommateurs.

« Le creux dans la valorisation est particulièrement sensible sur les produits transformés », estime Agnès de Tournadre, responsable de secteur Normandie Poitou-Charentes Pays-de-la-Loire chez Unebio. Un marché dominé par la tranche des 18-35 ans. Des recherches sont en cours pour identifier d’autres produits carnés à base d’agneau bio, « mais nous devrons nous efforcer d’équilibrer la valorisation, entre des animaux typés découpe et des animaux typés boucherie », met en garde Agnès de Tournadre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Agriculteurs et citoyens s'approprient l’énergie de leur territoire
Zoom sur les projets citoyens éoliens en Maine-et-Loire. Comment les citoyens font-ils pour faire aboutir leur projet ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités