Aller au contenu principal

Du purin d’ortie pour stimuler les défenses naturelles

Le céréalier Stéphane Billotte a donné des conseils pour aider les agriculteurs, adhérents Base, à se lancer dans la pulvérisation de macération d’ortie.

Stéphane Billotte, agriculteur dans l’Yonne, a fait part de son expérience en matière de macération, lors de la journée Base 49.
Stéphane Billotte, agriculteur dans l’Yonne, a fait part de son expérience en matière de macération, lors de la journée Base 49.
© AA

« Relancer le système de défenses naturelles ainsi que la croissance ». Tel est l’objectif de l’utilisation des macérations en grandes cultures. Stéphane Billotte, agriculteur dans l’Yonne, a fait part de son expérience en la matière, lors de la journée Base 49. Le céréalier pratique l’agriculture de conservation depuis 2004 et est en conversion bio depuis 2018.

A Chazé-Henry, jeudi 7 mars, il a livré trucs et astuces pour se lancer dans la pratique. La macération la plus utilisée ? Le purin d’ortie. « L’ortie permet de stimuler les défenses naturelles de la plante. Elle sert à renforcer la densité foliaire, favorise la croissance de la culture. » Le purin d’ortie permet de prévenir de nombreuses maladies et attaques d’insectes. Quand la plante est en situation de stress - que ce soit par une maladie, un ravageur ou un travail du sol - , la pulvérisation d’une macération d’ortie va permettre à la culture de retourner à son état d’équilibre.

L’intervenant de la réunion Base 49 préconise de privilégier un purin d’ortie maison. « Vous pouvez aussi acheter du purin tout prêt même s’il est fait aux extraits secs. C’est mieux que rien », souligne le céréalier. Selon lui, ce type de macération est moins efficace.

D’autres macérations peuvent aussi être utiles. Comme celle de  consoude. Celle-ci sera davantage pulvérisée pour favoriser les micro-organismes. « On peut l’utiliser associée au purin d’ortie très tôt, quand la culture ne couvre pas le sol. » La macération de consoude a des effets nutritionnels si on l’apporte en veille de floraison. « Les extraits fermentés de consoude améliorent la qualité des fruits ou des graines. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Protéger les tournesols des oiseaux
Le Gaec de la Coudre utilise depuis 3 ans un canon Tonnfort 5 sur ses parcelles de tournesols. Le but : lutter contre les…
Le chantier de l’unité Doué-Métha enfin sur les rails
Dix ans après le début du projet, le chantier de l’unité de méthanisation collective du Douessin a démarré à Concourson-sur-Layon…
Roulage avant semis de maïs dans la luzerne
A Pruillé (Longuenée-en-Anjou), Samuel Aubert cherche à concilier agriculture biologique avec agriculture de conservation des…
Une météo idéale pour les semis
Le Gaec du Thouet a commencé les semis de maïs depuis la semaine dernière. A Bouzillé, depuis 2 ans, l’exploitation en…
Cultures : la pluie se fait attendre...
Le déficit hydrique commence à inquiéter les agriculteurs du Maine-et-Loire.
Influenza : organiser le repeuplement
Le Cravi a tenu une réunion vendredi 6 mai à Angers en présence de la Draaf. Le début du repeuplement est programmé pour début…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois