Aller au contenu principal

En céréales bio, ne pas négliger l’agronomie

Cédric Durmort, 25 ans, s’est installé le 1er mai au Gaec du Point du Jour à Jarzé-Villages, où il gère la partie grandes cultures bio.

« Travailler les grandes cultures bio est très intéressant, souligne Cédric Durmort, agriculteur à Jarzé. Comme on ne peut pas faire de curatif, on doit effectuer un suivi technique poussé et faire du préventif ».
« Travailler les grandes cultures bio est très intéressant, souligne Cédric Durmort, agriculteur à Jarzé. Comme on ne peut pas faire de curatif, on doit effectuer un suivi technique poussé et faire du préventif ».
© AA

De l’épi à l’assiette, le Gaec du Point du Jour entend maîtriser la totalité de sa production céréalière. La particularité de cette exploitation, c’est que la soixantaine d’hectares de blé (dur et tendre) cultivée est transformée sur place dans un atelier de fabrication  de pâtes.  La mission de Cédric Durmort, fraîchement installé ? Produire suffisamment de blé pour alimenter le moulin. Sachant que le reste des terres est destiné aux prairies pour l’alimentation du troupeau de vaches allaitantes. Le jeune agriculteur s’est fixé un cap à maintenir :  « en faisant 25 quintaux/ha (non trié) au moins tous les ans, nous arrivons à maintenir la production de pâtes. Mais en-dessous, on se retrouverait en difficulté ».


L’exploitation, en bio depuis 1998, utilise un mélange de variétés anciennes de blé tendre et blé dur, qui avaient été choisies principalement pour leur résistance aux maladies. « Nous n’avons aucun problème fongique, aucune trace de rouille », remarque Cédric Durmort. En revanche, petit inconvénient  des variétés anciennes : elles ont tendance à donner des blés hauts, sensibles à la verse.


La pression adventice est limitée grâce des faux-semis en amont du semis, suivis de 2 à 3 déchaumages. Les surfaces sont labourées avant le semis, qui s’effectue à la volée, de manière à obtenir une bonne couverture du sol. « On sème en général à une densité de 180 kg/ha, explique l’agriculteur. Sauf cette année, où on a semé plus tardivement, de mi-novembre à mi-décembre, et où l’on a monté la densité à 200 kg/ha ».
En général, un désherbage est effectué à la herse étrille en sortie d’hiver (mi février-début mars). « Cette année, il n’a malheureusement pas été possible de passer dans les parcelles, en raison de la météo hivernale. Et on voit bien la différence, on a des parcelles moins propres », constate Cédric Durmort.

Structurer les rotations
Alors que la commercialisation des pâtes connaît un beau succès, Cédric Durmort souhaite aujourd’hui améliorer la productivité des céréales pour consolider, voire augmenter l’approvisionnement. Il s’est adjoint les conseils de la Chambre d’agriculture. Sur des terres où il y a eu, longtemps, des successions de blé sur blé, il cherche à structurer les rotations. Des analyses de sol ont, par ailleurs, permis de déceler de faibles valeurs de pH, qui ont été redressées par un apport de chaux.


L’agriculteur travaille aussi sur les apports d’engrais : la ferme, avec sa production animale, ne parvient pas à fournir suffisamment de fumier pour amender toutes les surfaces de céréales. L’agriculteur a donc commencé à apporter un fertilisant organique NK d’origine végétale, habilité pour la bio. Et pour aller plus loin, des tests sont effectués avec la Chambre d’agriculture pour voir quels leviers permettraient d’améliorer les rendements : date de semis, non labour, plusieurs paramètres sont passés au crible.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Défendre des ruralités vivantes
Les acteurs de la ruralité des Pays de la Loire ont présenté, mercredi 1er juin, leur manifeste pour des ruralités vivantes au…
Jeune installé et plein d’énergie
Thomas Grimault s’est installé le 1er février 2020 à Brion, au sein du Gaec Plein Air. L’agriculteur de 24 ans est lauréat du…
Malgré les crises, Terrena croit en l’avenir de la volaille

La grippe aviaire a bien sûr fait partie des sujets abordés lors de l’assemblée générale de Terrena, mardi 31 mai à Angers. La…

Maïs semences : des surfaces quasi à l’identique
En Anjou, les multiplicateurs de semences de maïs ont implanté 6 150 ha ce printemps : 3 150 avec Cerience (filiale semences de…
L’orge détériorée par la sécheresse
Début des moissons dans le Maine-et-Loire. Reportage à l'EARL la Grande Touche à St Florent le Vieil. Nicolas Cadiou a battu son…
Attirer les oiseaux ailleurs pour limiter les dégâts
Depuis 3 ans, Limagrain Europe teste une nouvelle solution pour lutter contre les dégâts de corbeaux et de pigeons sur les semis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois