Aller au contenu principal

Végétal
Fleuron d’Anjou étend sa toile à l’international

Le développement de débouchés grand export et l’innovation, priorités de la coopérative angevine.

Christophe Thibault, président du conseil d’administration et Yves Gidoin, directeur général. Fleuron d’Anjou a créé une filiale, FDAInternational, qui exporte fruits et légumes dans le monde entier.
Christophe Thibault, président du conseil d’administration et Yves Gidoin, directeur général. Fleuron d’Anjou a créé une filiale, FDAInternational, qui exporte fruits et légumes dans le monde entier.
© AA

Fleuron d’Anjou, c’est une activité en légumes et petits fruits, pour environ la moitié du chiffre d’affaires, une branche fleurs et plants, pour l’autre moitié. Ce sont aussi des filiales, moins connues, qui contribuent à diversifier les marchés de la coopérative angevine et à apporter des perspectives aux producteurs et passer les crises plus sereinement. C’est le cas de Fleuron d’Anjou international, filiale en pleine croissance dont l’activité a débuté en 2008 (et déjà 10 millions de chiffre d’affaires en 2011). Elle est spécialisée dans l’exportation de pommes sur l’Asie du Sud-Est, le continent américain, la Russie ou encore le Moyen-Orient. Pour Fleuron, la pomme (que la coop commercialise mais ne produit pas) est une clé d’entrée sur tous ces marchés, permettant de trouver de nouveaux débouchés pour ses produits, comme l’échalote et l’échalion.
Fleuron, c’est également une filiale à Rungis, La Renomière, qui commercialise fruits et légumes (5 millions d’euros de chiffre d’affaires), et l’entreprise leader sur le marché des plants potagers et aromatiques, Taugourdeau Plants, qui a été rachetée par la coopérative en fin 2010. 
Si le chiffre d’affaires de la coopérative s’établit en 2010-2011 à 42 millions d’euros, le CA consolidé comprenant les trois filières s’élève, lui, à 67 millions d’euros. Les chiffres ont été présentés lors de l’assemblée générale, le 6 janvier à Saumur.

Une future plate-forme logistique
Fleuron d’Anjou prépare, “avec cinq autres opérateurs majeurs” du végétal spécialisé, un important projet de plate-forme logistique horticole commune, annonce son président Christophe Thibault. Ce projet est conduit dans le cadre de Végépolys. “L’objectif, est, à plusieurs, de représenter une masse critique, notamment pour négocier avec les centrales d’achat”, explique-t-il. Cette “massification de l’offre” devrait voir le jour d’ici un an, avec à la clé une réduction des coûts de transport. 

Conforter les filières maraîchères
“Le bassin de production légumier a du mal aujourd’hui à évoluer. Nous souhaitons faire revenir un tissu de producteurs, mettre en place de gros projets dans des productions où nous sommes capables de vendre”, explique Yves Gidoin, directeur général de Fleuron d’Anjou. Un plan de développement avec cinq familles de produits leaders a été mis en place (pour la mâche, les asperges, les légumes bottes, les légumes anciens et les bulbes). Plan qui commence à porter ses fruits : en 2011, 75 hectares de plus ont été cultivés par les adhérents de Fleuron d’Anjou (ce qui porte à presque 900 hectares les surfaces). Des terres qui étaient auparavant exploitées en grandes cultures.

S.H.

Cinquante ans

La coopérative, fondée en 1962, marquera cet anniversaire par trois événements :
- le lancement, dans quelques semaines, d’une nouvelle version de son site internet, avec une partie grand public,
- en juin, la participation active à la seconde édition de l’Anjou vélo vintage, à Saumur (atelier de dégustation de recettes à base de légumes anciens),
- la célébration de l’anniversaire en septembre à Terra Botanica.

Conjoncture  2010-2011

Le climat perturbe
les productions végétales

Les productions légumières ont subi les conséquences de la météo : les températures estivales dès le printemps ont bouleversé tous les plannings de production et de vente. L’abondance anormale de produits a pesé fortement sur les cours. Et cela continue.  En ce moment, la mâche, production phare de la coop avec un quart des surfaces, “pousse à un rythme deux fois plus rapide qu’en temps normal”, souligne Yves Gidoin. Des producteurs sont contraints de détruire des invendus.
S’ajoutent à ces aléas climatiques deux autres facteurs : la crise de l’E.coli et les différentiels de coût du travail au sein de l’Europe, qui “pénalisent nos productions” souligne Christophe Thibault. Le marché de l’échalote est, lui, beaucoup mieux orienté, avec “un niveau de valorisation plus satisfaisant et de nouveaux marchés à l’export”.
L’activité horticole a également fait les frais d’un printemps anormalement sec et enregistre une baisse de son chiffre d’affaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Les élevages angevins sélectionnés
 Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars. Cette année encore, les Angevins seront bien représentés au…
Sollicitez l'amortisseur tarifaire
Le dispositif d’amortisseur tarifaire sur l’électricité est entré en vigueur au 1er janvier 2023. Il le demeurera jusqu’au 31…
Jeune installé, il donne une orientation résolument végétale à une ancienne exploitation bovine
Agé de 37 ans, Nicolas Perdriau s’est installé au 1er septembre 2021 à Saint-Hilaire-du-Bois. Il a repris une exploitation bovine…
Un élevage hautement autonome en protéines
Le Gaec des Prairies, à Neuvy-en-Mauges, a une autonomie protéique de près de 80 %. L’exploitation a réussi à réduire sa…
Retour en images sur le SIVAL 2023

 Retour en images sur l'édition 2023 du Sival, qui s'est tenue du 17 au 19 janvier à Angers. Réalisation @AGRI72TV.

Pierre Desmarres, éleveur et globe-trotteur

Pierre Desmarres est le lauréat du Prix à l’Installation du syndicat…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 166€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois