Aller au contenu principal

La castration : entre mécanisation et main d'oeuvre

Les chantiers de castration de semences de maïs se sont précipités dans le département avec les coups de chaleurs qui accélèrent la maturation des plantes.

À raison d'environ deux hectares à l'heure, Oliver Lemarié parcourt et coupe les rangs qui atteignent 1,80 mètres en pilotant sa machine, achetée il y a deux ans et demi.
À raison d'environ deux hectares à l'heure, Oliver Lemarié parcourt et coupe les rangs qui atteignent 1,80 mètres en pilotant sa machine, achetée il y a deux ans et demi.
© AA

"Plus personne ne fait de castration 100 % manuelle et personne ne peut faire du 100 % mécanique". Mardi 21 juillet, Olivier Lemarié s'affaire à terminer sa troisième coupe à la machine, avant d'accueillir dès le lendemain une vingtaine de saisonniers pour "une période intense" de 10 jours de castration manuelle sur ses 28 ha de maïs semence. Depuis quelques jours déjà, l'agriculteur des Rosiers s/ Loire peut passer jusqu'à huit heures sur sa machine. "Avec le temps chaud, le maïs fleurit très rapidement. Les variétés ont été semées après les intempéries, aux alentours du 12 mai, et les fleurs arrivent à maturité quasiment en même temps En ce moment, je dois couper chaque jour. L'an passé c'était plutôt toutes les 48 heures", explique l'exploitant, qui envisage même une quatrième coupe. Une opération précise qu'il réalise sur sa castreuse avec une coupe à couteaux, plutôt qu'à rouleaux (qui arrache les fleurs). "J'ai fait des essais avec l'autre système, mais trop de feuilles sont arrachées. Cette année, cela semble ne pas convenir aux trois variétés que je sème pour la première fois". Car, si Olivier Lemarié produit du maïs semence depuis son installation en 2001, "les variétés sont très vite renouvelées. On doit s'adapter tous les ans à leurs spécificités, et notamment à leur précocité", précise l'exploitant qui vend sa production à Limagrain.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 juillet 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités