Aller au contenu principal

La ventilation pour des étés plus sereins

Le Gaec Dichet, à La Pommeraye (Mauges-sur-Loire), a investi dans un système de ventilation. Résultat, un confort accru pour les vaches qui vivent les coups de chaleur sans souffrir et sans accuser de chutes de production.

Dans ce bâtiment de 1 800 m2, 7 ventilateurs à flux horizontal sont installés, dont un au niveau du parc d’attente à la traite.
Dans ce bâtiment de 1 800 m2, 7 ventilateurs à flux horizontal sont installés, dont un au niveau du parc d’attente à la traite.
© AA

Installés en 2004, Patrice Dichet et son frère Nicolas se demandaient comment faire face aux coups de chaleur de plus en plus fréquents. « Les vaches, pendant les périodes où le pâturage n’était plus possible, étaient nourries à la stabulation. Mais comme elles ne supportaient pas la chaleur du bâtiment, elles allaient s’abriter toute la journée sous des arbres où l’environnement devenait vite souillé. Du coup, elles mangeaient peu, elles avaient des problèmes de mammites et la production laitière chutait de manière catastrophique. Nos vaches souffraient », explique Patrice Dichet. Bref, un fonctionnement loin d’être satisfaisant du point de vue du bien-être animal et de l’économie. C’est comme cela que les éleveurs se sont intéressés à la ventilation.


« Plus de vaches essouflées »
Sept ventilateurs ont été installés en 2011, dans le bâtiment d’une surface de 1 800 m2. Six sont situés dans la stabulation en logettes paillées, avec une disposition qui permet une circulation de l’air dans tout le bâtiment. Et un 7ème est disposé au-dessus de la salle de traite, dirigé vers le parc d’attente des vaches : « celui-ci est super, souligne
Patrice Dichet. Au moment de la traite, on ne voit plus de vaches essouflées dans le parc ».


A l’intérieur le jour, dehors la nuit
Une sonde dans le bâtiment relève la température et les éleveurs programment la mise en route des ventilos, qui possèdent 5 vitesses. Et désormais, pedant une période qui s’étale grosso modo de juin à septembre, la ventilation tourne presque en continu. Ceci permet aux animaux de vivre en bâtiment, de s’y nourrir et s’y abriter la journée, pendant laquelle le bâtiment est fermé, et de profiter des températures plus fraîches de la nuit pour sortir. Les vaches s’habituent rapidement au bruit des ventilateurs.

Les éleveurs apprécient de voir des animaux « non essouflés » et ne déplorent « aucune variation d’abreuvement, de consommation d’aliment  et quasiment pas de diminution de production laitière ». Bien sûr, ajoute Patrice Dichet, en cas de températures caniculaires prolongées, le système ne fait pas de miracle, il ne s’agit pas de climatisation. Mais globalement, « c’est un investissement que l’on ne regrette pas du tout ! On le préconise même à tout le monde pour le confort apporté aux animaux et pour la rentabilité de l’élevage ». Le coût s’élevait à 9 200 euros en 2011. 
Un des autres avantages de la ventilation est qu’elle repousse les mouches, un changement fort apprécié des éleveurs.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités