Aller au contenu principal

L’autonomie grâce aux prairies

Le Gaec Mignot a ouvert ses portes aux éleveurs angevins de limousines, mardi 29 mars. Un élevage qui a une grande part de son assolement en prairies.

« Notre objectif numéro 1, c’est d’abord d’être éleveurs dans 20 ans ! » Pour ce faire, le Gaec Mignot met la rentabilité économique au premier rang de ses priorités. L’exploitation familiale de Chemiré-sur-Sarthe élève des limousines en système naisseur engraisseur : 110 vêlages pour 201 ha, dont 143 en prairies, permanentes  (100 ha) et temporaires (43 ha). Passionné de limousines, Dominique Mignot, le père, a constitué son troupeau au milieu des années 1990 et prépare aujourd’hui sa retraite. Son fils, Julien, s’est installé en 2016 et il a pu reprendre 65 ha en 2020, ce qui a permis de rendre son système plus autonome et plus résilient vis-à-vis des fluctuations des cours des intrants.

Minimiser l’achat d’intrants
« Je suis soulagé, au vu des prix actuels des engrais et aliments, d’avoir pu augmenter l’autonomie, souligne Julien Mignot. Depuis 2020, on n’achète plus aucun fourrage, on achète moins de paille et moins de concentrés ». Les prairies fournissent des fourrages de qualité, tout en étant peu exigeantes en intrants. « Vu le prix de l’azote, on en met peu, poursuit le jeune éleveur. Sur une soixantaine d’hectares, je n’apporte aucun engrais ». La qualité des fourrages a permis de réduire la quantité de concentrés achetés. Pour l’heure, le Gaec ne « ressent pas trop les effets de l’inflation, car nous nous étions couverts en aliment et engrais ». Mais le jeune éleveur reste vigilant pour l’avenir.
Autre clé de la rentabilité, ce sont les bons résultats techniques du troupeau, qui sont « en amélioration malgré un croît de cheptel important depuis 2015 », comme le souligne Alexis Kupperroth, le conseiller viande Seenovia de l’élevage. Quant à la valorisation des produits, elle est assurée par deux principaux débouchés : une contractualisation avec Bovinéo pour les jeunes bovins et une partie des vaches, tenant compte des cours du marché et des coûts de production. Une quinzaine de vaches est vendue chaque année localement, au Super U de Châteauneuf-sur-Sarthe, et ce depuis plus de 20 ans. « C’est une vraie sécurité de savoir à quel prix on vendra dans 5 - 6 ans les animaux que l’on fait naître », apprécie Julien Mignot. D’autre part, 4 animaux sont vendus en vente directe chaque année.
Fruit de nombreuses années de sélection, l’élevage a un niveau de génétique en augmentation et  aujourd’hui supérieur à la moyenne de la race limousine (Isevr à 104,4, Ivmat à 102,7). L’élevage vend des mâles reproducteurs. La reproduction se fait principalement en monte naturelle, seules entre 5 et 10 naissances étant issues d’IA chaque année. « Nous avons toujours 4 taureaux en service, explique Julien Mignot. Dans nos choix, nous n’allons pas forcément chercher le volume maximum, nous recherchons la viande, la finesse d’os, les qualités maternelles et bouchères. Et pour choisir, on fonctionne souvent au coup de cœur ».
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

La coopérative Agrial recherche de nouveaux éleveurs
La filière lait de chèvre d'Agrial a organisé jeudi 27 octobre, une journée “Capriboost” sur l'installation en caprins, au Gaec…
« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Groupama vise le doublement des surfaces assurées d’ici 2030
L’assurance multirisques climatiques (MRC) change en profondeur à partir du 1er janvier 2023. Et c’est désormais une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois