Aller au contenu principal

Les pommes se taillent une place au soleil

Le chantier de taille bat son plein au Domaine des Canons, à Bonnezeaux, qui cultive plusieurs variétés de pommes pour la coopérative Les Vergers d’Anjou, et notamment la Pink Lady®.

« On cherche à donner une jolie structure à l’arbre, à avoir la meilleure répartition possible des fruits, de manière à obtenir de bons calibres et de belles colorations ».
« On cherche à donner une jolie structure à l’arbre, à avoir la meilleure répartition possible des fruits, de manière à obtenir de bons calibres et de belles colorations ».
© AA

Equipée de son sécateur électrique, la salariée du Domaine des Canons arpente les rangs de pommiers.  « Un moment crucial dans l’année, un travail grâce auquel on anticipe la production », souligne Matthieu Alix, l’arboriculteur.
La période de taille s’étend de décembre à début mars et les travaux sont entièrement réalisés à la main. L’exploitation, située à Bonnezeaux, produit environ 600 tonnes de pommes à l’année sur 12 ha de vergers, la plupart en variétés club. 5 ha sont en Pink Lady®, la pomme phare du domaine, les autres surfaces étant consacrées à la Jazz®,  la Tentation® et la Gala.

Matthieu Alix a repris récemment le domaine familial avec son beau-frère, après avoir exercé pendant 10 ans le métier d'ostéopathe. Il ambitionne d’étendre le verger sur une vingtaine d’hectares, avec une plantation prochaine de rangs de Juliet®, une variété club bio.
Mais avant d’entamer des  plantations, au printemps, toute la concentration se porte sur la taille. « On cherche à donner une jolie structure à l’arbre, à avoir la meilleure répartition possible des fruits, de manière à obtenir de bons calibres et de belles colorations », explique Matthieu Alix.  Les acheteurs de Pink Lady®  recherchent des fruits bien colorés. « Cette pomme se colore très tard. L’important, c’est d’avoir des journées ensoleillées et des nuits fraîches, une grande amplitude thermique. Ce sont ces bonnes conditions que nous avons eues cette année », souligne l’arboriculteur. En termes de coloration, de calibre, de quantité et de qualité, 2020 a été une très bonne année. La Pink Lady® se récolte à partir de fin octobre-début novembre et cet automne, l’absence de pluie en novembre a été favorable à la coloration et à la cueillette.


Du jus de pommes tombées par terre
L’ensemble de la production est livré à la coopérative Les Vergers d’Anjou, et commercialisé via le bureau de vente Blue Whale. Quant aux pommes tombées au sol, elles sont récupérées pour en faire du jus, vendu localement en Anjou.  « Cela me rendait malade de voir toutes ces pommes non valorisées au sol. L’anti-gaspi fait d’ailleurs partie de la charte d’engagements adoptée par la filière Pink Lady®. Trouver des solutions pour utiliser les pommes qui ne répondent pas à la qualité Pink Lady® est essentiel », raconte Matthieu Alix, qui confie ces pommes  récupérées à l’association Espoir Jus de fruits, d’écouflant.
2 000 litres ont été pressés pour cette campagne, mais les volumes devraient augmenter encore à l’avenir. Car en même temps qu’une solution anti-gaspi, c’est une source de valorisation très intéressante.
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
Pour sa première visite, Christelle Morançais choisit l’agriculture
Christelle Morançais et toute son équipe se sont rendus mardi 11 mai dans une ferme en démarche “Bas carbone”.
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités