Aller au contenu principal

L’Institut de l’élevage confirme la fragilité des exploitations

Lors de la conférence Grand Angle Lait, le 12 avril, Benoit Rubin, délégué régional Bretagne, Pays-de-la-Loire à l’Institut de l’élevage, a confirmé l’aggravation des difficultés de trésorerie des éleveurs laitiers français.

© AA

A la suite d’une enquête réalisée au 1er trimestre 2016, auprès des créanciers des éleveurs (coopératives, Cuma, fournisseurs, etc), « ils confirment une nette augmentation des encours, la présence de nouveaux publics d’éleveurs en difficultés - des gens que l’on n’avait pas l’habitude de voir – et beaucoup de fournisseurs se retrouvent de fait « banquier à la place du banquier » », observe-t-il.

 

Entre 2017 et 2013, l’agrandissement des structures a été à l’origine de « la tension des trésoreries », selon lui. D’autres part, « certaines exploitations présentent un manque chronique de financement », constate-t-il, chiffres à l’appui. Depuis 2013, la volatilité des cours, la diminution et la dilution des aides PAC notamment en zone de plaine, la nécessité d’optimiser les performances techniques, l’augmentation des charges, etc., sont à l’origine des difficultés des exploitations. « Il faut faire mieux avant de faire plus », affirme-t-il.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Un été globalement chaud et sec en perspective
Le ressenti actuel ne doit pas nous influencer. D’après Météo France, le scénario “plus chaud et plus sec que la normale” est le…
Moissonner entre deux averses
Dans le Maine-et-Loire, quelques agriculteurs ont trouvé des créneaux pour battre leur orge. Mais la plupart attendent un temps…
Blé : les choses sérieuses ont commencé
Colza, orge et maintenant blé  : le Gaec des Deux frontières enchaîne les chantiers à un rythme soutenu. Reportage à La…
Des petites graines et une grande aventure
A 35 ans, François Boissinot est installé depuis le 1er juillet. Il a repris une ferme de 35 hectares au Lion-d’Angers. Il y…
Un meilleur contrôle du transfert des parts sociales
Visite du Député Jean-Bernard Sempastous qui porte un projet de loi portant sur les « mesures d’urgence pour assurer la…
Les plantes médicinales ont besoin de bras
L'été est une période d'intense activité à l'entreprise Promoplantes à Chanzeaux. Avec de gros besoins en main-d'œuvre, pour la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités