Aller au contenu principal

Nouvel associé, nouveau bâtiment

A Chalonnes-sur-Loire, en Maine-et-Loire, le Gaec de la Limite a investi dans un nouveau bâtiment à l’occasion de l’installation du fils des associés.

Un bâtiment lumineux et aéré.
Un bâtiment lumineux et aéré.
© AA

Une première année la tête dans les travaux, pour le jeune éleveur de Chalonnes-sur-Loire, Damien Coutault, installé au 1er janvier 2019 en Gaec avec ses parents, dans une exploitation laitière et viticole. Pour développer la production laitière, le jeune homme a repris une partie du troupeau normand de l’éleveur du Mesnil-en-Vallée, François Clémenceau, parti à la retraite, faisant doubler l’effectif bovin. Celui-ci est passé de 40 vaches, avant installation, à 80 aujourd’hui.  Le Gaec de la Limite a dû trouver une solution pour loger toutes ces vaches, lorsqu’elles ne sont pas au pâturage. L’ancien bâtiment, avec une salle de traite 2 x 4, n’était plus adapté, « il fallait 2 heures et demi pour la traite. Aujourd’hui, il suffit d’1 h 15 pour faire le travail », a expliqué Damien Coutault, lors d’une visite d’élevage organisée par le syndicat normand 49, jeudi
24 septembre.


Logettes avec matelas mousse
Le nouveau bâtiment d’élevage, très lumineux grâce à ses nombreux panneaux translucides,  mesure 60 m de longueur,  21 m de large, pour 7,5 m au faîtage.  « Les travaux se sont déroulés sur toute l’année, et la mise en route s’est faite le 12 décembre 2019 ». Cela aura nécessité un investissement de 400 000 euros, comprenant la stabulation, la salle de traite, la fosse. 37 000 euros sont subventionnables au titre du PCAE. Une grande partie a été réalisée en auto-construction.
Le choix s’est porté sur des logettes équipées de matelas. Le Gaec a opté pour un système tout lisier avec des racleurs à cordes. Damien Coutault y voit beaucoup d’avantages : pas de paille à acheter, pas de tracteur à passer dans le bâtiment. « Nous apportons juste  un peu d’asséchant et 100 g de paille broyée par jour dans les logettes ».


FIlets brise-vent
à l’arrière du bâtiment, des filets brise-vent avec déclenchement automatisé ont été posés, pour un coût d’environ 13 000 euros. « Nous ne regrettons absolument pas cet investissement, souligne Damien Coutault. Cet été, lors des fortes chaleurs, les vaches restaient dans le bâtiment, qui est bien ventilé. Il n’y fait jamais trop chaud ».
Avec les matelas et la ventilation, le Gaec a investi pour un meilleur confort des vaches, gage de meilleures performances. L’éleveur a remarqué que lorsqu’elles intègrent le troupeau, les primipares font davantage de lait qu’avant : « elles démarrent à 26 kg de lait par jour, contre 22 à 23 kg auparavant. Cela compte à la fin de l’année ».
S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Le véto a misé sur les moutons pour s’installer
Installé depuis octobre 2019, Allain Millet, ancien vétérinaire, élève des moutons vendéens à La Chaussaire. 
Gel : jours décisifs pour la vigne
Dans le vignoble Anjou Saumur, plusieurs nuits de gelées se sont succédé cette semaine et les viticulteurs restent en alerte pour…
Une nouvelle aide régionale sur la bio
La présidente de la région, Christelle Morançais, a annoncé vendredi 26 mars, une enveloppe de 24 millions d’euros, fléchée vers…
La preuve par l’orage
L’association “Agriculture de conservation des Mauges” a organisé mardi 16 mars, à Jallais, une demi-journée d’information…
Aides couplées : vives réactions dans la profession
Le ministère de l’agriculture met ses premières propositions sur la table.
Nuits blanches pour lutter contre les gelées noires

Ces derniers jours, les heures de sommeil se font rares pour les arboriculteurs du Maine-et-Loire. Depuis lundi, les gelées s’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités