Aller au contenu principal

Oeufs contaminés : des livraisons arrivées jusqu'en France

Après la Belgique, l'Allemagne, les Pays Bas, la Suède, le Royaume Uni et la Suisse, c'est au tour de la France d'être touchée par l'affaire des oeufs contaminés au fipronil.

© Actuagri

Dans un communiqué du 7 août, le ministère de l'Agriculture rapporte que « les autorités européennes ont informé la France le 5 août en fin d'après-midi et le 6 août, que 13 lots d’œufs contaminés (au fipronil, ndlr) en provenance des Pays Bas avaient été livrés à deux établissements de fabrication d’ovoproduits de la Vienne et du Maine-et-Loire entre le 11 et le 26 juillet 2017 ». Le ministère n'est pas en mesure de dire dans l'immédiat si les produits incriminés s'étaient retrouvés dans le commerce et en quelle quantité, alors qu'une enquête est en cours. Il rappelle par ailleurs que « la présence de traces de fipronil ne constitue pas en soi un risque ; seules les analyses engagées permettront de déterminer si le niveau de contamination de ces produits est susceptible de présenter un risque pour la consommation ». Le ministère annonce toutefois une saisie de l’Anses « pour obtenir un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par le fipronil ». Le 20 juillet dernier, les autorités belges ont informé la Commission européenne que des taux élevés de fipronil avaient été mis en évidence dans des œufs et des viandes de volailles (conventionnels et bio), en lien avec l'utilisation d'un antiparasitaire falsifié.

 

Les Pays-Bas abattent, la Belgique promet la « transparence »

Après s'être déclarée aux Pays-Bas, la crise des oeufs contaminés se propage en Allemagne, en Suisse et en Suède, où des millions d'oeufs provenant des Pays-Bas ont été rappelés et détruits. Certains éleveurs néerlandais ont commencé à détruire leur cheptel. Un à plusieurs millions de poules pondeuses pourraient être abattues si les éleveurs estiment qu'il n'est plus rentable de les maintenir en vie, faute de débouchés pour les oeufs, a prévenu l'organisation agricole néerlandaise LTO le 6 août. Le gouvernement de La Haye a promis un plan d'aide d'urgence alors que le secteur estime déjà les pertes à « plusieurs millions d'euros ». Aux Pays-Bas comme en Belgique, des enquêtes pénales sont en cours sur l'utilisation frauduleuse du fipronil. Dans le collimateur des enquêteurs, la société néerlandaise spécialisée dans la désinfection d'élevages ChickFriend, et son fournisseur belge Poultry-Vision, selon les médias. En Belgique, 57 sociétés, représentant 86 poulaillers, sont suspectées d'être contaminées, soit un quart des 210 élevages de poules pondeuses du pays. Le 5 août, l'Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a reconnu qu'elle avait connaissance depuis juin d'un « problème de fipronil dans le secteur avicole », mais elle n'en a informé les pays voisins, par un système d'alerte européen, que le 20 juillet. L'Afsca explique cette discrétion, qui ne l'a apparemment pas empêchée de faire retirer des oeufs de certains supermarchés en juillet, par le fait qu'elle était tenue de respecter le « secret de l'instruction ». Le ministre de l'Agriculture belge a commandé un « rapport circonstancié » sous 48 heures à l'Afsca et promis de « faire la transparence la plus complète ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’automate simplifie l’alimentation des bovins et aussi des caprins
Lors d’un webinaire organisé par le Lely Center Cholet, le Gaec de la Lisière du bois a témoigné de son utilisation d’un robot…
Cibler les adventices pour utiliser moins de produits phyto
Mercredi 26 mai, à Saint-Macaire du Bois, les équipes Berthoud ont présenté leur nouvelle solution de pulvérisation ultra…
Valentin s'installe dans une ferme laitière en pleine mutation
 A 25 ans, Valentin Leclerc s’est installé au 1er janvier avec son père Emile, qui élève des normandes à Saint- Martin-du-Bois,…
Savoir faire preuve d’opportunisme pour sécuriser ses fourrages
Eleveur de vaches laitières en bio au Louroux-Béconnais, Fabien Leprêtre cultive depuis longtemps du méteil pour l’ensilage.…
Un, deux, trois... ou zéro fongicides ?
Mercredi 2 juin, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire a organisé une visite d’un essai variétés blé tendre x fongicides…
Peu connue, la silphie s’avère intéressante pour la méthanisation
Pour alimenter son méthaniseur, le Gaec des Fritillaires a implanté, l’année dernière, 2 hectares de silphie. La première récolte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités