Aller au contenu principal

Produits phytos : un nouvel arrêté national

Un nouvel arrêté remplace celui de 2006 encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture. Cette nouvelle version comporte peu de changements.

À la suite de cet arrêté, les préfets de chaque département doivent définir les points d’eau autour desquels les ZNT mentionnées sur les emballages de produits sont applicables.
À la suite de cet arrêté, les préfets de chaque département doivent définir les points d’eau autour desquels les ZNT mentionnées sur les emballages de produits sont applicables.
© AA

L'arrêté de 2006 qui encadrait l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture vient d’être abrogé. Il est remplacé par un nouvel arrêté des ministres de l’Agriculture, de l’Environnement, de l’Économie et de la Santé. Alors que les premiers projets d’arrêté prévoyaient un renforcement important des règles (notamment les Zones non traitées auprès des habitations, fossés et bois), la version qui vient de paraître comporte peu d’évolutions par rapport à celle de 2006. 

 

La première modification est l’allongement des délais de rentrée (à 24 ou 48 heures) dans les parcelles ou serres pour les produits comportant certaines phrases de risque, pour mieux protéger les travailleurs. Ces délais peuvent cependant être raccourcis à 6 heures ou 8 heures en milieu fermé, «en cas de besoin motivé, non anticipé et non prévisible» et à condition de porter des équipements de protection individuelle (EPI) ou d’utiliser un tracteur avec filtre à charbon. Dans le cas où le délai est raccourci, le détail de l’application devra être mentionné dans le registre phytosanitaire (moment de la rentrée, motif, lieu, moyens de protection).

 

Autre évolution : il est désormais possible d’utiliser comme EPI une combinaison spécifique aux produits phytopharmaceutiques répondant aux normes européennes.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois