Aller au contenu principal

Se poser la question de son temps de travail

Seenovia a organisé jeudi 4 février, un rendez-vous "Seenoviales lait" en visio-conférence, sur le thème : "comment réduire la charge de travail ? "

D'après une étude réalisée auprès d'un groupe lait Seenovia, les éleveurs interrogés se disent globalement satisfaits de leurs conditions de travail (à 82 %), mais plus d'un quart (27 %) estiment que le volume global de travail  n'est pas acceptable.
D'après une étude réalisée auprès d'un groupe lait Seenovia, les éleveurs interrogés se disent globalement satisfaits de leurs conditions de travail (à 82 %), mais plus d'un quart (27 %) estiment que le volume global de travail n'est pas acceptable.
© CM studio - Cécile Muzard Photographe

Savez-vous combien d'heures vous effectuez par an sur votre exploitation ? En faites-vous plus, ou moins de 2 500 heures, le temps moyen observé pour un éleveur laitier ? Ou pensez-vous que lorsqu'on aime, on ne compte pas ? Mesurer le temps de travail, pour avoir des repères et pouvoir se comparer à des exploitations aux systèmes similaires peut s'avérer utile et n'est pas une perte de temps, a expliqué en susbtance  Frédéric Tattevin, responsable de marché à Seenovia, lors d'une conférence à distance, le 4 février.

Pour commencer, il faut calculer. Car un simple sondage donnerait des chiffres approximatifs, et cela est normal :  « on a, en général, tendance à sous-estimer le temps passé dans une tâche, explique Frédéric Tattevin. On oublie aussi de prendre en compte les temps morts. » En outre, le temps diffère aussi en fonction du type de personnalité de l'agriculteur (simplificateurs, organisés, perfectionnistes...). « L'écart va de 25 à 40 heures de travail par UBG et par an », note l'intervant.


Les éleveurs laitiers en silo ouvert effectuent, en moyenne,  2 350 heures annuelles, soit 6,60 heures pour produire 1 000 l de lait. Ceux en bio passent, toujours en moyenne,  2 190 heures  par an au travail. Il leur faut 9 heures pour produire 1 000 l de lait.

Et enfin, les éleveurs robotisés font 2 240 heures par an en moyenne et mettent 4,7 heures  pour produire 1 000 l. «  On ne gagne pas beaucoup de temps de travail en passant au robot. En revanche, la robotisation est une vraie piste pour réorganiser son travail et réduire la pénibilité physique, qui est considérée comme préoccupante par plus  de la moitié des éleveurs », souligne Frédéric Tattevin.
En lait, 63 % du temps est pris par le travail d'astreinte, non différable et non concentrable, 16 % par les travaux liés aux surfaces agricoles et 21 % par les travaux généraux, plus facilement déplaçables.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Pommes et poires : une maigre récolte attendue
 Aux Vergers de Mané, à Martigné-Briand, la récolte a commencé le 16 août, avec la variété de poires Williams. Les volumes s’…
La récolte s’annonce prometteuse
Une journée matière sèche organisée par Seenovia, s’est tenue au Gaec Via Lactéa mardi 24 août. Les éleveurs présents sont…
Un projet animal et végétal à taille humaine
Adèle Hallopé-Merlet, 29 ans, s’est installée à Chanteloup-les-Bois, au 1er avril 2019. Elle a reçu, pour son projet, le 3ème…
Vidéo : un chantier d'ensilage en Shredlage
Au Gaec de la Modtais à Blou, les rendements devraient avoisiner les 14 t de matière sèche/ha, sans irrigation. Le maïs est…
Campus de Pouillé : l’apprentissage très prisé
Le Campus de Pouillé, aux Ponts-de-Cé, accueillera 660 apprenants, dont 170 apprentis, pour cette rentrée 2021. Le point avec…
Une vache angevine grande championne au Festival de la viande d'Evron
Une vache croisée rouge des prés et saosnoise, élevée par Yves Jolivet, de Chaudron-en-Mauges, est sortie championne inter-races…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités