Aller au contenu principal

Terrena
Une alimentation sur-mesure pour les vaches taries

Produire plus de lait avec moins de vaches, c’est possible. La preuve en est avec le troupeau laitier du Gaec de l’Elan à Chazé sur Argos. L’exploitation a accueilli une journée technique nutrition organisée par Terrena, jeudi 9 décembre.

Philippe Merlet, avec son neveu Maxime Merlet (absent sur la photo), s’occupe au sein du Gaec de l’Elan du troupeau laitier. Les vaches taries sont particulièrement soignées pour leur permettre de bien préparer leur future lactation.

Au Gaec de l’élan, chaque vache laitière produit, en moyenne, plus de 40 kg de lait par jour (avec 44 de TB et 34 de TP) . C’est en travaillant particulièrement sur l’alimentation des vaches taries que les éleveurs ont obtenu de tels résultats. « Les 4 semaines avant vêlage jusqu’aux 4 premières semaines de lactation se caractérisent chez la vache laitière par de nombreux changements métaboliques », explique Julien Gaultier, le technicien nutrition Terrena du Gaec, lors d’une journée technique organisée par la coopérative, jeudi 9 décembre à Chazé-sur-Argos.
3 semaines avant vêlage, les vaches ont un régime particulier : « 5 kg de paille, du chlorure de magnésium et de calcium, 5 kg de MS de maïs ensilage et 2 kg de correcteur azoté », explique Philippe Merlet, un des 6 associés du Gaec.
« Quand une vache est en gestation, le veau prend de plus en plus de place. Nous avons changé la ration pour accompagner ce changement. Le but étant de maintenir la capacité d’ingestion de la vache. On prépare son métabolisme à produire du lait en quantité et rapidement après le vêlage », constate l’éleveur. Les éleveurs mesurent le pH urinaire pour assurer la bonne Baca des vaches taries. Il s’agit de la balance alimentaire cation anion (ou bilan alimentaire cation anion). Cet indicateur est important les trois dernières semaines de tarissement. Pour favoriser l’ingestion et optimiser la future production de lait, la Baca doit se situer autour de - 175 mEq/kg de MS. Le PH urinaire des vaches permet d’évaluer le statut acido-basique des vaches. « Si le pH est inférieur à 5,5, le Baca est trop négatif. Au-dessus, c’est satisfaisant », résume l’agriculteur. Autre point de vigilance des éleveurs : le niveau d’amidon dans la ration. « Il ne doit pas dépasser les 11 à 13 % à un mois de tarissement. »

Passer de 32 à 42 kg de lait
Cette nouvelle ration “des vaches taries leur a permis de passer de 32 à 42 kg de lait en 2 ans.  
Les éleveurs ont même pu augmenter la production de lait tout en diminuant le nombre de vaches présentes. « Pour la campagne 2018-2019, le troupeau produisait 1 300 000 litres de lait pour 145 vaches présentes. Aujourd’hui, 1 520 000 litres de lait sont produits mais avec 135 vaches présentes. »
Par contre, le coût alimentaire a augmenté, en moyenne, de 2 €/vache/jour. Avant, il était de 4,66 €. Aujourd’hui, il s’élève à 5,55 €. Le produit lait/vache/jour a aussi augmenté passant de 10,42 € à 15,5 €. « Conclusion, la marge nette augmente de 4,30 € », souligne l’agriculteur, convaincu par ce nouveau mode d’alimentation. « Aujourd’hui, nous avons un bâtiment pour les vaches laitières limité à 120 places. On optimise la place. C’est à dire produire le plus possible avec chaque vache en production. »  

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Des moutons dans le verger
 Les Fruits d’Altho, à Morannes sur Sarthe-Daumeray, produisent pommes et poires sur 125 ha. Les arboriculteurs, Thomas et…
« Une phase de fragilité comme on n’en a jamais connue en volaille »
Nathalie Langereau, responsable du dossier volaille à la FDSEA49.
Le Maine-et-Loire, un département diversifié majoritairement tourné vers l'élevage
En Maine-et-Loire, le recensement agricole 2020 dénombre 5 245 exploitations agricoles.* Le nombre d’exploitations…
Distraire au quotidien les poules pondeuses confinées
Déjà 2 mois que les poules pondeuses plein air  ne sortent plus... La faute aux mesures de biosécurité pour lutter contre la…
Quelles méthodes alternatives au glyphosate et à quel coût ?
 La disparition progressive des matières actives amène les producteurs à explorer différentes solutions.
380,15 € en prix de base sur janvier et février
Christophe Cesbron, producteur à Chemillé en Anjou et président de la nouvelle association de producteurs Lactalis, l’APLSL.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois