Aller au contenu principal

Zéro déchet au restaurant du collège Saint-Vincent

Stop au gaspillage au restaurant du collège Saint-Vincent (Brissac-Loire-Aubance) grâce à une nouvelle organisation du restaurant.

Le collège Saint-Vincent a repensé toute l’organisation de son restaurant. La salle est organisée avec 5 pôles différents.
Le collège Saint-Vincent a repensé toute l’organisation de son restaurant. La salle est organisée avec 5 pôles différents.
© collège saint vincent

Sa mission ? Zéro déchet. Pari réussi pour le collège Saint-Vincent de Brissac. L’établissement scolaire propose avec Restoria, la société qui cuisine les repas dans l’établissement, une nouvelle organisation de la salle de restauration. « On a cassé tous les codes, explique son directeur Loïc Batardière. L’élève est responsabilisé. » Dans la salle de restaurant, 5 pôles différents où le jeune se sert en fonction de son appétit. Dès son entrée dans la salle, l’élève prend un plateau, ses couverts et son verre. Il se rend directement au pôle dessert pour se servir. Ensuite, il s’installe à sa table, se dirige vers le “salad’bar” (le pôle hors d’œuvre), prend son assiette et se sert selon son appétit. L’entrée terminée, direction le point chaud pour le plat et son accompagnement. La viande ou le poisson est servi par le chef. « On le sert uniquement une fois son assiette terminée  », précise Alexandra Audusseau, directrice marketing de Restoria. A la fin du repas, le jeune débarrasse son plateau et trie les déchets. La principale consigne : les assiettes doivent être vides. Et ça marche. Après 4 mois de fonctionnement, sur les 650 repas servis tous les jours, le restaurant constate aucun gaspillage alimentaire.

30 % de produits locaux
« Selon une étude de l’Ademe, la moyenne de déchet se situe à 115 g /collégien/repas », note Alexandra Audusseau. Les économies réalisées ont permis d’améliorer la qualité des repas. « Le coût de la matière première est le même que dans les autres collèges », constate la directrice marketing de Restoria. Le restaurant scolaire propose 20 % de produits bio, 30 % de produits locaux et des produits sous signe de qualité. « C’est une proportion que nous reverrons tous les semestres », note le directeur de l’établissement.

Retrouvez l'intégralité de l'artcile dans l'Anjou agricole du 6 octobre 2017.

 

Approvisionnement des établissements de restauration collective en Pays-de-la-Loire

Pour la deuxième année, la Draaf Pays-de-la-Loire a recueilli des chiffres permettant de mesurer d’où viennent les produits consommés dans la restauration collective. Sur les 2 600 établissements de restauration collective recensés en Pays-de-la-Loire – écoles, hôpitaux, restaurants d’entreprise, … - 450 ont répondu au questionnaire envoyé par la Draaf. Environ ¾ des produits frais utilisés par les établissements qui ont répondu sont des produits français, dont 43 % sont issus de la région et de ses départements limitrophes et ¼ sont des produits de proximité (département de l’établissement et départements limitrophes).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités