L'Anjou Agricole 22 février 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Les BVA sacrifiés sur l’autel de la discorde

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture a présenté, le 20 février, la nouvelle carte des zones défavorisées simples (ZDS).
Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture a présenté, le 20 février, la nouvelle carte des zones défavorisées simples (ZDS). - © Ministère de l'agriculture

Dès la communication de la nouvelle carte des zones défavorisées, la FDSEA a réagi vivement en interpellant notamment le député du secteur Mathieu Orphelin. Les responsables syndicaux sont consternés de la façon dont le dossier a été géré au Ministère. La mobilisation sur ce dossier doit continuer.

« Monsieur le Député, […] Nous avons pris connaissance d’une nouvelle version de la carte des zones défavorisées, qui n’inclut que très partiellement les basses vallées angevines […]. Il est pour nous nécessaire de traiter ces zones de façon homogène, afin que l’ensemble des communes des BVA intègre le classement. Il est injustifiable de croiser le critère RAMSAR avec celui des rendements de blé tendre sur les petites régions agricoles historiques, ou celui de production brute standard. En effet, il n’y a pas de cultures au cœur des zones humides et la carte présentée, émiettée, n’a pas de sens. Comme vous le savez, les zones humides inondables font preuve d’un fort handicap pour les productions agricoles. Les agriculteurs de cette zone se sont investis depuis plus de 25 ans pour la valorisation et la reconnaissance de ces basses vallées. Aussi, nous vous demandons d’intervenir pour que les basses vallées angevines soient intégrées dans leur intégralité aux zones défavorisées, selon le seul critère Ramsar. Nous confirmons aussi notre souhait que les ICHN bénéficient seulement aux élevages ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui