L'Anjou Agricole 25 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Simplification européenne : inquiétude des vignerons

Depuis plusieurs semaines, les vignerons français et européens s’inquiètent de la mise en conformité de la réglementation communautaire viticole avec le Traité de Lisbonne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pas de quoi rassurer entièrement la filière viticole.
Pas de quoi rassurer entièrement la filière viticole. - © AA

Les premiers projets de texte présentés par la DG agriculture de la Commission européenne visaient à remplacer plusieurs règlements en lien avec la réglementation vitivinicole européenne (politique de qualité, mentions traditionnelles, étiquetage etc.).


Mais ils passaient sous silence de nombreuses dispositions de la législation actuelle comme l’interdiction fait aux vins sans indication géographique (VSIG) de faire référence à une origine géographique plus petite que l’Etat membre ou les dispositions réglementant l’utilisation des bouteilles spécifiques réservées aux AOP par exemple. De quoi réveiller des craintes des vignerons sur une simplification qui ouvrirait une nouvelle étape à la libéralisation des vins sans indication géographique (VSIG) en Europe. Sous la pression des organisations viticoles françaises et européennes, du Parlement européen et de parlementaires français qui ont adopté une résolution sur le maintien de la législation viticole actuelle, le commissaire européen à l’Agriculture est revenu sur ses positions et a annoncé le retrait des textes proposés par la DG Agri.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui