L'Anjou Agricole 08 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Un salon pour ouvrir les horizons des vins de Loire

Le salon des vins de Loire a manifestement réussi à tenir la barre. Point de vue d’exposants angevins, relativement satisfaits de l’événement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Clarisse Benesteau et son employée Alison Madelin du domaine de la Tuffière, à Lué-en-Baugeois.
De gauche à droite, Clarisse Benesteau et son employée Alison Madelin du domaine de la Tuffière, à Lué-en-Baugeois. - © AA

« L’Anjou commence à être référencé hors de ses frontières ». C’est le constat que fait
Clarisse Benesteau, viticultrice au Domaine de la Tuffière à Lué-en-Baugeois. Le vignoble travaille 8 cépages et propose ainsi une large gamme de vins.  « C’est notre première participation en tant qu’exposants au Salon des vins de Loire. C’est une reconnaissance d’être attendu parmi les professionnels ». Le Salon des vins de Loire, organisé cette année les 5 et 6 février au Parc des expositions d’Angers, regroupe en effet chaque année les professionnels de la filière vins et spiritueux.

Pour Alexandre Cady, du domaine Cady à Saint-Aubin-de-Luigné, « le Salon des vins de Loire est une carte de visite très importante. C’est une échéance incontournable dans l’écosystème des salons professionnels, comme Prowein, Vinovision ou Millésime bio ».

L’opportunité d’élargir sa clientèle

Clarisse Benesteau a pu avoir de « très bons contacts » auprès de restaurateurs et de cavistes. « Nous vendons essentiellement en vente directe, et ce salon est l’occasion de toucher une clientèle professionnelle. Au niveau local, mais aussi hors des frontières régionales : nous avons eu des demandes de Bretagne et du Sud de la France ». L’étranger n’est pas en reste, avec quelques contacts à Prague, au Sénégal et en Belgique. C’est aussi le cas pour le Domaine Cady, qui travaille à l’export avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Russie. « L’édition 2018 aura été l’occasion de nouer de nouveaux contacts aux Etats-Unis ».

Lire la suite de l'article dans l'Anjou agricole du 9 février.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui