L'Anjou Agricole 01 septembre 2017 a 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Glyphosate: en cas de suppression, des surcoûts estimés à 975 M€/an en France

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Couvert végétal. En France «le glyphosate est essentiellement utilisé en gestion d'intercultures », rappelle Jean-Paul Bordes, directeur R&D chez Arvalis.
Couvert végétal. En France «le glyphosate est essentiellement utilisé en gestion d'intercultures », rappelle Jean-Paul Bordes, directeur R&D chez Arvalis. - © V. Marmuse / CAIA

Depuis les annonces de Nicolas Hulot sur le glyphosate, la profession agricole a rappelé à plusieurs reprises les conséquences pour l'agriculture d'une éventuelle suppression de la substance. S'agissant des coûts directs liés à une interdiction du glyphosate, Jean-Paul Bordes, directeur R&D chez Arvalis, les estime à 975 M€ par an en France.

D'un point de vue agronomique, la FNSEA, les JA et la CR affirment que l'interdiction du glyphosate remettrait en question «l'agroécologie, l'agroforesterie ou l'agriculture de conservation.» Par ailleurs, le directeur de recherche assure que, pour l'heure, «l'alternative envisageable est le retour au labour». En France, rappelle-t-il, «le glyphosate est essentiellement utilisé en gestion d'intercultures».

A l'automne, une réunion en interne chez Arvalis doit permettre de faire la synthèse sur d'autres alternatives au glyphosate.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.