Aller au contenu principal

Bio et blond, le champignon de Chacé a la cote

Bruno Andorin a créé sa champignonnière bio, “Champi Bio Saumurois”, à Chacé en fin 2017. Pour répondre à une demande croissante, qui n’a pas été entamée par la crise Covid, l’entrepreneur va accroître son activité dès janvier.

La culture du champignon est très technique, laissant peu de place à l’approximation, encore plus en bio, où aucun apport, mis à part « de l’eau et de l’air », n’est effectué.
La culture du champignon est très technique, laissant peu de place à l’approximation, encore plus en bio, où aucun apport, mis à part « de l’eau et de l’air », n’est effectué.
© AA

Un retour aux sources. La carrière de Bruno Andorin a commencé dans le champignon (il a été directeur d’exploitation chez France Champignon pendant 13 ans) avant de se poursuivre dans le vin (plus de 15 ans à la Cave des Vignerons de Saumur, devenue Robert & Marcel, dont il était, jusqu’en 2017, directeur adjoint). C’est fort de ces expériences et avec l’envie « de faire autre chose » que le Saumurois se lance, en novembre 2017, dans le champignon bio, à Chacé. Il a investi jusqu’ici, pour son installation et ses différents agrandissements, environ 380 000 euros.

Sur une surface de 1 000 m2, l’entrepreneur produit, en chambre, 2 à 2,5 tonnes de champignons par semaine. Et emploie 6 personnes (5 ETP). Le choix de la chambre, plutôt que de la cave, n’est pas anodin pour ce fin connaisseur du champignon. Il est motivé avant tout par des raisons sanitaires : « c’est plus rationnel de travailler en chambre, car cela permet une maîtrise technique beaucoup plus pointue ».

52 cycles par an
D’un point de vue économique,  un des grands atouts du champignon est la régularité : « nous avons 52 récoltes par an, 52 cycles de production ». Ce qui nécessite une attention sans relâche et un personnel qualifié, notamment pour la cueillette à la main, réalisée 7 jours sur 7 afin d’assurer  la fraîcheur du produit. Le champignon de Paris, qu’il soit blanc ou blond comme chez Bruno Andorin, a également l’avantage, par rapport aux espèces comme le pleurote ou le shiitaké, de se  manger à la fois cuit et cru.

La production de “Champi Bio Saumurois” est écoulée, pour 55 %, dans une cinquantaine de  magasins bio, pour 20 %, au Min de Nantes, pour 20 %, auprès de plateformes Super U et pour le reste, auprès du groupement Bio Loire Océan. Depuis son installation, Bruno Andorin connaît un marché en croissance et cela transparaît dans son chiffre d’affaires, en progression. Celui-ci devrait s’établir à environ
630 000 euros pour 2020.


Offre restreinte en bio
L’entreprise n’a pas souffert de la crise sanitaire et au contraire, peine à contenter tous ses clients, tant l’engouement est fort pour le bio. « Notre circuit de distribution nous a permis de passer à travers la crise, nous sommes chanceux », avoue Bruno Andorin. C’est aussi parce que l’offre en bio reste restreinte : « on est peut-être une quinzaine en France à en faire », estime-t-il. Après une première extension en 2020, la champignonnière va donc s’agrandir d’un tiers en janvier 2021.

S.H.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités