Aller au contenu principal

La montée en gamme en restauration collective

Cinq Rencontres du Réseau local Anjou sont programmées pour évoquer la loi Egalim du point de vue des filières de production. La première a rassemblé une quarantaine de personnes, au Plessis-Macé, mercredi 7 octobre.

Michel Brossier, élu Chambre d’agriculture, en charge du Réseau local.
Michel Brossier, élu Chambre d’agriculture, en charge du Réseau local.
© AA

La loi Egalim doit contribuer à une meilleure rémunération des producteurs. Un de ses volets est l’objectif de 50 % de produits durables et de qualité, dont 20 % de bio, en 2022 en restauration collective. Avec ses 13 000 exploitations en démarches qualité, les Pays de la Loire semblent en bonne position pour assurer cette montée en gamme.  Que proposent les fournisseurs en direction de la restauration collective, quelles solutions trouver pour concilier appro local de qualité et maintien de prix abordables ?

En viandes, Terrena est déjà très présente sur le bio, avec 34 % des parts de marché en volaille et 23 % des parts de marché en bovins. La coopérative accompagne  des éleveurs dans la conversion et suit la croissance de la demande. En revanche, le label rouge est encore une filière confidentielle, représentant 2 à 3 % de la production bovine, et peu présent en restauration collective. En bovins, « le point difficile est l’équilibre de la matière », souligne Thierry Villelégier, du groupe Terrena. La coopérative insiste surtout sur l’origine française de l’approvisionnement en viande bovine dans les cantines.


Anticipation, contractualisation, communication
En légumes, la coopérative Rosée des champs a une grande expérience en matière de restauration collective car elle travaille à 100 % avec la RHD.  « Nous développons beaucoup la production bio et les surfaces vont  augmenter de 20 % en 2021 », explique son directeur Francis Bailly. Le bio représente aujourd’hui 11 % des surfaces.  Le professionnel met en avant les difficultés à faire se rencontrer l’offre et la demande, alors même que la grosse production légumière coïncide avec la période des grandes vacances. « Nous avons besoin d’un engagement des clients sur les volumes, souligne Francis Bailly. Nous ne pourrons pas faire de montée qualitative sans anticipation et contractualisation ». Le produit étant soumis aux aléas climatiques et sanitaires, il faut aussi user de pédagogie auprès des clients, qui devront « accepter parfois qu’il n’y ait plus de produit ! ».


L’entreprise Guillet, du groupe LDC, fournit de la viande de volaille à la restauration collective (55 % de sa clientèle). Son dirigeant Christophe Besnard  explique que la part de label rouge (dont les volailles de Loué) et bio n’a finalement pas beaucoup évolué depuis une vingtaine d’années : elle reste autour de 20 %. Chez les petits animaux, la question du coût de la découpe se pose notamment et vient complexifier la montée en gamme. Il mise beaucoup sur la communication.


Quid du coût ?
« La denrée alimentaire entre pour 30 % dans le prix du repas. Avec la montée en gamme, elle coûtera forcément plus cher. Mais elle n’est pas la seule variable d’ajustement »,  a tenu à rappeler  Michel Brossier, élu Chambre d’agriculture en charge du réseau local. Il y a sans doute des économies à trouver du côté de  la lutte contre le gaspillage, qui est aussi un aspect primordial de la loi Egalim. D’autre part, souligne Michel Brossier, « en cantine, le prix de revient n’est pas le prix payé par les parents, et peut-être que les collectivités devront accepter d’assumer  les conséquences d’une montée du prix du repas ».
S.H.


Les Rencontres du Réseau local Anjou :
- Mercredi 14 octobre, 9 h, salle Plantagenêt  à Beaufort-en-Vallée,
- Mercredi 4 novembre, 9 h, Espace Marcel Hasquin à Saint-Georges-sur-Layon,
- Jeudi 12 novembre, 18 h 30, à la salle des fêtes de Loiré
- Mercredi 18 novembre, 9 h, au Centre culturel la Loge à Beaupréau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

« La décapitalisation du cheptel bovins allaitants est déjà là. Et la sécheresse ne va sûrement pas améliorer la situation. »
Interview de Pierre-Marie Caillaud, responsable viande bovine de la FDSEA 49  
L’actualité domine la session de la Chambre régionale d'agriculture
 L’actualité a dominé la session de la Chambre d’agriculture régionale du 28 novembre. Les élus ont adopté deux motions en lien…
Maintenir des rendements avec moins d’azote
Mardi 15 novembre, à Chavagnes, le service agronomie du CERFRANCE 49 a présenté un essai sur une fertilisation innovante en maïs.
Le sanglier, la bête noire des agriculteurs
  La session de la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a abordé le sujet de la chasse lundi 21 novembre.
Un semoir de semis direct auto-construit pour implanter ses couverts
Dans le cadre d’un “Rallye des couverts” organisé par la Chambre d’agriculture mardi 8 novembre, l’agriculteur Christophe Raveau…
Consensus musclé pour une définition stricte de l’agrivoltaïsme
Un consensus ferme s’est dessiné pour une définition stricte de  l’agrivoltaïsme capable de prioriser la production alimentaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 157€/an
Liste à puce
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format papier et numérique
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités
L’accès aux dossiers thématiques
Une revue Réussir spécialisée par mois