Aller au contenu principal

Maïs
SPSM : un accord avec Limagrain

Bonne affluence à l’AG des producteurs de semences. Le groupe qui contracte avec Limagrain n’est pas épargné par la crise qui touche le réseau français.

Des résultats 2009 satisfaisants... mais un avenir plus sombre. Malgré les surfaces importantes ensemencées au printemps 2009 et en dépit d’une sécheresse estivale persistante, les 110 producteurs du Syndicat des producteurs de semences de maïs ont, par leur sérieux et leur travail, obtenu un des meilleurs résultats de l’Hexagone, dépassant les objectifs de rendement et de qualité attendus. Revers de la médaille, les bons rendements conjugués à une conjoncture médiocre vont peser sur la campagne à venir. Après trois années de progression des volumes mis en terre, les adhérents du syndicat vont devoir gérer une récession qui se traduit par une baisse de 25 % des surfaces mises en place.  La répartition des 1 800 hectares (contre 2 425 en 2009) a fait l’objet de discussions internes puis d’un accord avec Limagrain Europe qui contracte avec les producteurs du syndicat. Cette gestion concertée de la zone de production est jugée satisfaisante par les acteurs locaux qui œuvrent à maintenir un tissu de producteurs motivés malgré la crise.

Un marché en difficulté… mais une interprofession mobilisée
Stagnation des cours du maïs consommation, crise de la production laitière, pression sur l’irrigation sont autant de facteurs négatifs qui provoquent un ralentissement des ventes des semences de maïs françaises. Représentant le groupe Limagrain, 4e semencier mondial, François Viallet a précisé la situation avec un marché européen globalement morose et des « prévisions d’emblavement en baisse aussi bien en maïs consommation qu’en maïs fourrage ». Dans ce contexte défavorable, les établissements français réduisent effectivement leurs surfaces de production mais le groupe Limagrain, fortement implanté en Anjou, souhaite limiter les conséquences sur le réseau local.  Pierre Vincens, président du syndicat du Tarn et secrétaire général de l’AGPM Maïs semence qui regroupe tous les syndicats de producteurs de semences de maïs, est venu rappeler l’importance de l’interprofession, ciment des négociations de prix mais aussi organisme en charge de la promotion des semences française et maître d’œuvre de l’expérimentation technique.
Un contexte environnemental difficile. Président du syndicat mais aussi responsable de la commission eau-environnement de la FDSEA, Pascal Laizé a regretté que « le sacro-saint principe de précaution conduise trop souvent à l’inaction ». Accès refusé à l’évolution technologique ; remise en cause des molécules de protection des plantes ; freins permanents sur l’entretien des fossés ; réhabilitation des zones humides : la liste est longue des contraintes et des menaces qui pèsent sur les producteurs. Et pourtant les aménagements passés de la Vallée de l’Authion ont permis d’éviter aussi bien des inondations que des sécheresses. « Pas question de revenir en arrière sur ces aménagements qui doivent être entretenus pour pérenniser l’activité de notre région », souligne le président qui a encouragé les adhérents à être vigilants sur tout ce qui les concerne et à faire entendre leur voix afin de « vivre encore demain de notre travail ».

Jean-Paul Guéry

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

L’impact des champs électromagnétiques sur les animaux d’élevage
Le député Modem du Maine-et-Loire, Philippe Bolo, vient de produire un rapport parlementaire sur l’impact, encore mal connu, des…
Premiers semis de printemps dans une ambiance fraîche
Les implantations de maïs et de tournesol ont démarré dans certaines zones du département. à l’Ouest d’Angers, le combiné de…
Les agriculteurs appellent à la mobilisation des surfaces en herbe
Depuis deux mois, les précipitations ont été rares en Anjou. La météo a surtout été marquée par une succession de températures au…
« J'ai adoré le parcours à l'installation »
Lison Lorre s'est installée au 1er janvier 2019, à l'âge de 22 ans, au sein d'une ferme caprine, l'EARL Chèvretheil à Saint-…
Gel : demande de calamités agricoles en cours
Dès la survenance du coup de gel, les responsables agricoles du département ont pris contact avec les services de l’État. Une…
4 heures pour se régaler d’herbe fraîche
L’EARL Caprimesnil, à Montreuil-Juigné, mène son troupeau de 250 chèvres au pré, principalement l’après-midi.  
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités