Aller au contenu principal

Fourrages
Maïs ensilage : il y aura de tout

Après une année 2007 exceptionnelle, la nouvelle récolte s’annonce plus dans la norme et plus hétérogène.

Les chantiers ont commencé un peu partout sur le département, depuis la semaine dernière et les machines tournent à plein cette semaine.
Les chantiers ont commencé un peu partout sur le département, depuis la semaine dernière et les machines tournent à plein cette semaine.
© Anjou agricole

À semis tardifs, récolte automnale. Avec des semis de maïs qui se sont étirés jusqu’au 20 juin, les ensilages ne s’achèveront pas tôt cette année. Ils accusent un mois de décalage par rapport aux années précédentes.  Il reste à espérer qu’un gel ne pénalise pas les parcelles les plus tardives. Les chantiers ont commencé un peu partout sur le département, depuis la semaine dernière et les machines tournent à plein cette semaine. « Ce sont les types de sols, plus encore que les dates de semis, qui marquent la différence de maturité des maïs, a observé Innocent Pambou, de la Chambre d’agriculture. C’est dans les terres les plus sableuses, comme celles des Trinottières à Montreuil-sur-le-Loir, que le taux de matière sèche est le plus élevé. Là-bas, nous avons ensilé des maïs à 36 % de matière sèche »  À Vivy, par exemple, les premiers maïs ont été récoltés il y a quinze jours déjà. Avec des rendements « un peu inférieurs à 2007, explique Vincent Rétif, du Gaec des Monteaux. Il nous faudra 41 hectares, contre 35 l’an dernier, pour remplir notre silo ». La concentration des grains est au rendez-vous, mais le volume est un peu faible. 

Des problèmes de stocks

Globalement, en dehors de ces zones sableuses, le grain a bien du mal à mûrir. « Il gagne 0,3 points de matière sèche par jour, contre 0,5 à 1 point d’habitude en fin de saison, explique Pierrick Kernen, de Bovicap conseils. Il ne faudra pas hésiter à ramasser du maïs un peu plus vert pour éviter le gel, et penser à récolter à 15 -16 mm si le taux de matière sèche est faible ». Si les rendements devraient s’établir à de bons niveaux, il faut s’attendre à des valeurs alimentaires assez faibles. Ces récoltes tardives, ajoutées au nombre plus important d’animaux dans les élevages causent aussi des problèmes de stocks. Certains agriculteurs pourraient être tentés d’ensiler des maïs prévus à l’origine pour le grain. 

S.H. 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Anjou Agricole.

Les plus lus

Aux petits soins des chevrettes et chevreaux
En pleine période de mises bas, le Gaec Hérissé ne chôme pas. Les éleveurs s’attèlent à soigner les chevrettes d’aujourd’hui qui…
"Nous Paysans", un documentaire qui fait du bien
Le 23 février à 21h05, France 2 a diffusé un documentaire dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier…
L’expression du ras-le-bol
La FDSEA et les JA donnaient une conférence de presse mercredi au Louroux-Béconnais sur le thème des négociations commerciales,…
Les producteurs d'œufs mettent la pression
Environ 150 agriculteurs ont vidé le rayon oeufs d’un Auchan et ont distribué leurs propres oeufs aux clients pour dénoncer le…
Des animaux qui pâturent tout l’hiver
A la Ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, une vingtaine d’animaux, bœufs en croissance et génisses pleines, sont à l’…
Litière : le Gaec des Futaies se la joue fine
Alternative à la paille broyée, la fine de bois est utilisée comme asséchant dans les logettes des vaches laitières bio du Gaec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Anjou agricole
Consulter l'édition du journal l'Anjou agricole au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter d'actualités